Industrie/Négoce

EPI : le français Delta Plus Group à la conquête de l’Amérique latine

Mots clés : Hygiène et sécurité du travail

Le fabricant français d’équipements de protection individuelle (EPI) a poursuivi sa série d’acquisitions en Amérique latine mais aussi en France dans le domaine de la sécurité des travaux en hauteur. Son chiffre d’affaires a fortement progressé au premier semestre (+15,2%).

Les gants, casques et vêtements de chantier de Delta Plus Group sont de plus en plus utilisés en Amérique du Sud. Le fabricant français d’EPI, n°8 sur le marché mondial, vient de réaliser un chiffre d’affaires au premier semestre de 108,4 M€, en hausse de 15,2%. Cette forte croissance réside principalement dans l’acquisition récente de trois sociétés implantées en Amérique latine et en France. Fin 2016, l’entreprise contrôlée par la famille Benoît rachète 60% des actions d’Aspreseg, un des principaux acteurs des EPI en Colombie. Elle renforce ainsi sa présence sur le continent sud-américain après l’absorption d’Eslingar en Argentine (2011), de Pro Safety au Brésil (2013), et la création en 2008 d’une filiale au Pérou (Delta Plus Pérou).

Au début de l’année, Delta Plus Group a repris la société costaricaine Safety Plus qui est désormais le distributeur exclusif des produits Delta Plus dans le petit pays et dans cinq autres états d’Amérique centrale. Dans le même temps, il a annoncé l’acquisition de 100% des sociétés du groupe Vertic, l’un des leaders français des solutions de sécurisation antichute des infrastructures. La marque tricolore distribue dans plus de 30 pays des solutions adaptées aux travaux en hauteur (supports, ancrages, garde-corps…). Son chiffre d’affaires s’est élevé à 14 M€ en 2016. Ces trois nouvelles filiales ont contribué à hauteur de 10,5 M€ au chiffre d’affaires global du premier semestre 2017.

 

Ralentissement en Europe

 

En Europe, son marché historique, les ventes de Delta Plus ont progressé de 3,5%, notamment grâce au dynamisme des ventes dans les pays du sud et de l’est (Espagne, Italie, Pologne). Après un premier trimestre encourageant (+8,4%), l’entreprise française a observé un ralentissement de ses ventes (-0,9%), en Europe et hors-Europe. Un différentiel de croissance que le groupe justifie par un effet calendaire favorable au premier trimestre (+2 jours ouvrés), tant en France qu’à l’international, au détriment du deuxième trimestre (-3 jours ouvrés). Le climat d’attentisme post-élection présidentielle a également impacté l’activité de Delta Plus dans l’Hexagone.

La société basée en Ariège reste vigilante quant à l’évolution du contexte économique et géopolitique instable qui touche certains pays, ainsi que sur l’évolution du prix des matières premières et de l’évolution des monnaies étrangères. Pour 2017, elle veut continuer à intégrer les récentes acquisitions et confirmer les niveaux de rentabilités atteints en 2016.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X