Energie

Eolien : l’appel d’offres offshore lancé mardi

Mardi 25 janvier, depuis Saint-Nazaire, le chef de l’Etat lancera l’appel d’offres sur l’éolien offshore, très attendu par la filière industrielle. En jeu : 3 000 MW d’éolien au large des côtes françaises.

Nicolas Sarkozy annoncera mardi 25 janvier, depuis Saint-Nazaire, le lancement d’un appel d’offres pour construire 3 000 MW d’éolien au large des côtes françaises. Cet appel d’offres attendu depuis de nombreux mois portera sur quelque 600 éoliennes qui développeront une puissance presque égale à deux réacteurs nucléaires de type EPR. À 3,5 millions d’euros le mégawatt, le marché représente 10 milliards d’euros d’investissement. La ministre de l’Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui présentera cette opération au Conseil des ministres mercredi 26, a obtenu que les 2 000 MW initialement proposés par son collègue de l’Industrie, Éric Besson, soient portés à 3 000 MW. Soit la moitié de l’objectif du Grenelle de l’environnement pour 2020.

17 à 18 centimes le kWh

Les grands énergéticiens européens sont sur les rangs : le Suédois Vattenfall, l’Allemand E.ON, les Français EDF Énergies Nouvelles et Alstom, associés au sein d’un « accord exclusif », et bien sûr GDF Suez, qui porte un projet bien avancé au large du Tréport, dans la Manche, par le biais de sa filiale la Compagnie du vent. Les 141 éoliennes du parc qu’elle a imaginé pourraient alimenter 900 000 personnes en électricité. Mais elle doit faire face à des oppositions locales, notamment des pêcheurs. Les opposants dénoncent un « marché faussé qui ne vit que grâce aux subventions». Les candidats devront proposer un prix le plus bas possible et garantir l’emploi local. Ce prix est estimé à 17 ou 18 centimes le kilowattheure, ce qui autoriserait un retour sur investissement au bout d’une dizaine d’années.

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X