Paysage

Entretien écologique des espaces verts : Jade fait ses preuves

Mots clés : Aménagements extérieurs - Démarche environnementale - PME

L’alternative écologique aux produits phytosanitaires arrive sur le marché. Face à la montée des restrictions sur l’utilisation des produits phytosanitaires, une PME française franchit l’étape de la commercialisation, après six ans de recherches et développement.

PME bordelaise spécialisée dans la protection des cultures, Jade a dévoilé le 5 mai ses deux innovations dans le domaine du biocontrôle : Beloukha pour l’usage en agriculture (épamprage, défanage, maîtrise des adventices) et Katoun dans les espaces verts et jardins. Ces noms se réfèrent au Mont Beloukha et à la rivière Katoun, tous deux présents dans la chaîne de l’Altaï (zone frontalière et en marge de l’activité humaine entre la Russie, la Chine, la Mongolie et le Kazakhstan).

 

Six ans de développement

 

Les premiers tests de ces deux produits ont commencé dès 2008. Il aura fallu six ans d’expérimentation et développement et deux ans de procédure administrative pour aboutir à leur commercialisation. Après plus de 350 essais en Europe et 5,5 millions d’euros d’investissement, Beloukha et Katoun ont tous deux obtenus leur Autorisation de mise sur le marché (AMM), indispensable à la vente d’un produit. L’effort se justifie par l’enjeu : « C’est la première fois qu’une solution 100% naturelle à effet désherbant obtient une Autorisation de mise sur le marché », se félicite Alain Chemin, président fondateur de Jade. Cette première se traduit par une classification « non ecotox » et une inscription dans la catégorie des produits Nodu Vert et ITF Vert, dans le cadre du plan national « Ecophyto ».

 

Aucun solvant chimique

 

L’innovation, qui fait de ces deux produits une première mondiale, se trouve aussi bien dans leur composition, que dans leur mode d’action. Beloukha et Katoun se composent d’acide nonanoïque (couplé à de l’acide pélargonique en ce qui concerne Beloukha), une substance naturelle dérivée de l’huile de colza, et obtenue par fracturation  mécanique sans aucun solvant chimique. Ils agissent uniquement sur les plantes adventices (mauvaises herbes, gourmands, lichens…) sans altérer la composition des sols, et sans aucun effet dangereux pour l’air et l’eau. Le produit s’applique sur la plante, et supprime la cuticule protectrice de celle-ci, sans affecter les racines, laissant ensuite les UV la déshydrater : un procédé totalement naturel.

Les deux produits de Jade devraient être disponibles sur l’ensemble du marché européen d’ici 2016/2017, mais Jade ne compte pas en rester là : les futures études porteront sur la réduction de la concentration du produits, tout en maximisant l’efficacité.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X