Paysage

« Entre infrastructure, écologie et paysage, l’excellence française fait recette », Yannick Autret, Ittecop

Mots clés : Démarche environnementale - Infrastructure de transports

Le succès inédit de la conférence Infra Eco Network Europe (IENE), qui s’est achevée le 2 septembre à Lyon, encourage les responsables français du programme Ittecop, consacré aux infrastructures de transports terrestres, aux écosystèmes et au paysage. Son secrétaire Yannick Autret, également directeur du programme de la conférence IENE, en dresse le bilan.

En quoi la conférence IENE 2016 fera-t-elle date ?

Yannick Autret: Avec 460 participants du 30 août au 2 septembre à Lyon, nous avons plus que doublé le succès de la plus importante conférence IENE: 240 personnes avaient participé à l’édition 2012 de Postdam, et 214 à celle de Malmö en 2014.

 

A quoi attribuez-vous ce succès ?

Y.A. : Les chercheurs de la fondation pour la recherche sur la biodiversité, la FRB, et les experts du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement, le Cerema, ont mis en avant l’excellence française en recherche appliquée. Cette complémentarité entre recherche et application se retrouve dans la répartition des inscriptions : 57 % de professionnels des infrastructures et 43 % de chercheurs. Sous la présidence scientifique de Bruno Vilalba, professeur à AgroParis Tech, le programme Ittecop organise cet équilibre à travers le partenariat entre le ministère, les chercheurs et les  opérateurs. Le Cerema y intervient comme animateur des projets qui répondent aux objectifs scientifiques de la FRB.

 

Y aura-t-il une suite ?

Y.A. : Le programme Ittecop a confié au Muséum national d’histoire naturel une revue systématique de la littérature internationale consacrée aux usages des corridors écologiques sur les emprises d’infrastructures. La livraison de cette étude interviendra au deuxième semestre 2017. Plusieurs communications montrent que la phase de finalisation, déjà bien engagée, répondra aux objectifs très ambitieux. Cette étude orientera les investissements les mieux à même de répondre aux besoins écologiques associés aux projets d’infrastructure, à travers une analyse critique sur la qualité et la reproductibilité.

 

La focalisation sur les infrastructures terrestres exclut-elle les aéroports ?

Y.A. : Ittecop s’intéresse aux infrastructures de transport et à leurs interfaces, y compris les aéroports. Notre approche pluridisciplinaire et la capitalisation des acquis constituent une spécificité française, sans équivalent, lancée à partir de 2005 dans le cadre du programme de recherche et d’innovation sur les infrastructures de transport, le Predit.

 

Les compétences des paysagistes sont-elles suffisamment mobilisées dans ces projets ?

Y.A. : Il faut d’abord poser la question : pourquoi faire ? La demande évolue, et la réponse doit reposer sur une attitude dynamique. Le paysage ne peut pas constituer une entité séparée. Il doit s’hybrider avec la sociologie, la biodiversité, l’économie, sur une échelle large et avec une approche transversale. La conférence IENE contribue à cette nécessaire hybridation dynamique, comme l’a souligné, le 31 août, la déclaration votée par les participants.

 

A qui s’adresse cette déclaration ?

Y.A. : Nous allons la diffuser parmi les autorités régulatrices des infrastructures. Nous avons soumis à l’OCDE la proposition de créer un atelier pour promouvoir notre approche, et nous attendons la réponse avec espoir.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X