Matériaux et équipements

« Entre 60 et 80 % des systèmes d’air conditionné actuels pourraient être interdits en 2021 », Philippe Tonnerre, Danfoss Cooling

Entre la directive écoconception et la F-gas, la climatisation connait de profonds changements techniques. Le constructeur de composants Danfoss Cooling adapte ces produits à ce nouveau contexte. Philippe Tonnerre, directeur des ventes constructeurs et Laurent le Bail, directeur Grands Comptes, reviennent sur ces évolutions.

Ces derniers mois, Danfoss Cooling a mis sur le marché plusieurs nouveaux produits. Pourquoi cette activité intense ?

Philippe Tonnerre : L’application prochaine de la directive européenne sur l’écoconception aux systèmes d’air conditionné pousse les constructeurs à faire évoluer leurs gammes vers des systèmes plus économes en énergie. Les projets de texte fixent des objectifs de performance tels que 60 à 80 % des machines actuelles ne pourraient plus être commercialisées en 2021. En tant que fournisseur de composants destinés aux groupes froids, nous devons être en mesure d’offrir aux fabricants des systèmes faciles à intégrer afin de répondre à ces nouvelles exigences réglementaires.

 

Cette réduction des consommations résulte notamment d’une amélioration des compresseurs. Que proposez-vous dans ce domaine ?

Laurent le Bail : Nous avons lancé en 2016 un nouveau modèle de compresseurs Scroll, la gamme DSH. Ils intègrent des clapets de décharge intermédiaire. Quand la différence de température entre l’air intérieur et l’air extérieur est faible, le fluide frigorifique requiert une compression moindre. Dans ce cas, les clapets s’ouvrent et libèrent le gaz comprimé avant la fin du cycle du scroll. Cette action réduit le travail du moteur. L’appareil consomme entre 5 et 10 % moins d’énergie par rapport à un compresseur standard. Par ailleurs, les DSH possèdent les mêmes enveloppes extérieures que leurs prédécesseurs, les SH. La transition entre les deux versions peut donc s’opérer sans modifier l’ingénierie de la machine.

 

Quel marché visez-vous avec ce nouveau produit ?

L. B. : Il s’adresse tout particulièrement aux unités de climatisation (refroidisseurs de liquide, rooftop,…) d’une puissance comprise entre 150 et 400 kW pour atteindre, à moindre coût, répondre aux attentes de la nouvelle réglementation écoconception.

Au-delà de 400 kW, l’objectif de rendement saisonnier est encore plus élevé. Le constructeur pourra alors choisir des compresseurs DSH et lui adjoindre des échangeurs plus performants et des auxiliaires (ventilateurs, pompes…) à vitesse variable. Il est également possible de multiplier le nombre de compresseurs. Il devient courant de voir 6 DSH485 dans une même unité, une association capable d’atteindre plus de 700 kW frigorifique. Pour une puissance équivalente, l’efficacité énergétique et la souplesse de fonctionnement s’en trouvent augmenter.

Dans la plage de puissance de 5 à 150 kW, nous préconisons l’utilisation de compresseurs scroll à vitesse variable, la gamme VZH. Enfin, notre catalogue comprend aussi des compresseurs centrifuges et à vitesse variable, les Turbocor, qui couvrent des besoins au-delà de 300 kW par compresseur.

 

Quels autres systèmes avez-vous conçus pour répondre aux exigences de la directive ?

P. T. : A la fin de l’année dernière, nous avons commercialisé de nouveaux échangeurs à microplaques. La géométrie de leur surface a été revue pour améliorer les échanges thermiques. Par ailleurs, nous avons mis sur le marché le détendeur électronique ETS Colibri, plus facile à installer et plus rapide. Il offre une plage élargie de fonctionnement, ainsi qu’une meilleure régulation de surchauffe. Ce dispositif participe à une utilisation optimale de l’évaporateur. Nos régulations électroniques peuvent aussi contribuer au bon fonctionnement de ce dernier.

Dans un autre domaine, Danfoss a créé depuis 2014 des Application Development Centers dans plusieurs pays. Nos équipes peuvent y assister les constructeurs dans l’intégration de nos composants dans leurs produits. Nous mesurons, analysons et testons un certain nombre d’unités équipées avec nos composants. Ces études sont orientées autour des enjeux écoconception. Elles portent donc sur l’efficacité énergétique et les rendements saisonniers. Nous essayons également d’optimiser les interactions entre nos différents produits afin d’offrir des systèmes complets et clé en main à nos clients.

 

Depuis l’entrée en vigueur de la réglementation F-gas en 2015, les industriels du génie climatique sont aussi concernés par l’application de quota sur certains fluides frigorifiques, notammen  t le R410A. Des substituts commencent à apparaitre. Comment vous adaptez-vous à ce changement ?

P. T. : Nous avons déjà effectué des essais avec de nouveaux gaz tels que le R32 ou les mélanges d’hydrofluoroléfines (HFO) R452B, R454B et R1234ze pour les grosses puissances. Une partie de nos produits sont déjà compatibles avec ces réfrigérants. Le reste de notre gamme devrait suivre dans les prochains mois.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X