Industrie/Négoce

Enquête anti-monopole sur un projet de Schneider en Chine

Les autorités chinoises ont lancé une enquête sur un projet de coentreprise entre le groupe français Schneider Electric et le chinois Delixi pour déterminer si l’opération violerait la loi anti-monopole, ont annoncé vendredi des médias chinois.
Le ministère du Commerce a dépêché une équipe d’enquêteurs, qui commencera à travailler durant le week-end, à Wenzhou, siège de la future joint-venture Delixi Electric, dans l’est du pays, selon le China Business News.
« Il s’agit d’un processus tout à fait normal dans le cadre de la création d’une coentreprise », a affirmé à l’AFP Guy Dufraisse le directeur du groupe français en Chine.

Schneider Electric et le groupe Delixi ont signé en décembre un accord pour fabriquer, commercialiser et distribuer des produits basse tension, dans une coentreprise à parts égales.
Cependant, selon le China Business News, l’accord a été dénoncé par le patron d’une entreprise rivale, Nan Cunhui, président de CHINT Group, et premier fabricant chinois de matériel électrique basse tension, qui estimerait qu’il est de nature à donner une situation de monopole au français.
Delixi Group est l’un des leaders locaux de la distribution électrique en Chine et emploie environ 14.000 personnes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X