Entreprises de BTP

Energie : l’allemand RWE intéressé par le rachat des parts d’EON dans le gazier VNG

Le patron du numéro deux allemand de l’énergie RWE, Harry Roels, a indiqué mardi être intéressé par un rachat des parts détenues dans le gazier VNG par son rival EON.
« Je peux confirmer (…) que nous sommes intéressés par VNG », a-t-il indiqué lors de la conférence de presse semestrielle du groupe.
Wintershall, la filiale pétrolière et gazière du chimiste allemand BASF qui détient déjà 15,8% de VNG, a déjà déposé une offre commune avec le russe Gazprom, avait indiqué la semaine passée le directeur financier de BASF, Kurt Bock.
Gaz de France avait également réaffirmé en juin sa détermination à augmenter sa participation de 5,3% dans le gazier en vue de renforcer son implantation en Allemagne.
EON peut espérer tirer autour d’un milliard d’euros de la cession de ses 42% dans VNG, qui constitue l’une des conditions posées l’an passé par le gouvernement allemand pour autoriser sa prise de contrôle du gazier Ruhrgas.
Harry Roels a par ailleurs confirmé l’intérêt de RWE pour l’électricien Steag, mis en vente par le groupe minier RAG, mais « les négociations n’ont pas encore commencé ».
RWE peut se permettre ces éventuelles acquisitions en dépit de sa dette, qui atteignait 22,3 milliards fin juin et qu’il veut ramener sous 20 mds EUR d’ici fin 2005, a assuré le président du directoire, notant: « Vous ne devriez pas avoir l’impression que RWE n’a plus d’argent pour des acquisitions ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X