Performance énergétique

En Rhône-Alpes, un réseau de PME du bâtiment s’impose sur le marché de la rénovation énergétique des logements collectifs

Mots clés : Bâtiment d’habitation collectif - Bâtiment d’habitation individuel - Efficacité énergétique - PME

Créé à l’initiative de trois PME du bâtiment, le réseau Operene fédère aujourd’hui 36 PME intervenant sur le marché de la rénovation énergétique en logement collectif. Le réseau ambitionne un chiffre d’affaires de 30 à 40 millions d’euros d’ici deux ans.

Positionner les PME du bâtiment sur le marché de la rénovation énergétique dans le logement collectif, telle est l’ambition du réseau Openere – Opérateur de rénovation énergétique – créé par Nicolas Petit, ancien directeur de filiale de Bouygues construction devenu directeur général de l’entreprise Chanel (enveloppe et finition), en association avec l’entreprise Slet (systèmes de chauffage) et Senova (bureau d’études thermiques et fluides). «La logique de ce réseau est de mixer implantations locales et compétences des entreprises membres. Le réseau Openere est aujourd’hui constitué de 36 PME rhônalpines intervenant dans différents métiers du bâtiment capables d’intervenir sur ces marchés de rénovation énergétique», indique Nicolas Petit, président d’Operene.

En direction des bailleurs sociaux et des copropriétés – via des régies et des syndics – le réseau développe trois types d’offres. «Une fois l’audit énergétique réalisé, nous aidons les copropriétés à capter les aides et les subventions en travaillant sur différents scénarios de travaux. Ensuite, notre cœur d’intervention est de venir en appui aux entreprises de notre réseau qui réalisent les travaux de rénovation énergétique en les aidant à délivrer la meilleure qualité qui soit. Nous nous positionnons dans une logique de résultat», insiste Nicolas Petit. Enfin, Openere peut aller jusqu’à la constitution de groupement, assurer l’organisation du chantier et garantir les performances sur les consommations réelles sous conditions de décrocher le marché de maintenance.

«Ce fonctionnement en réseau permet à chacune des entreprises de générer du travail pour les autres membres du réseau», souligne Nicolas Petit. A chaque projet, une convention est passée entre Operene et l’entreprise. Un % du montant des travaux est ainsi reversé par l’entreprise au réseau lorsque celui-ci intervient en appui du chantier. Dans le cas de constitution d’un groupement, c’est le client qui rémunère Openere. Le réseau a déjà engrangé 5 millions d’euros de chiffre d’affaires et table sur 30 à 40 millions d’euros dans les deux ans qui viennent. En Rhône-Alpes, on estime à 700 000 le nombre de logements devant être rénovés dont les 2/3 en copropriété.

Le 6 octobre prochain, les membres du réseau se réuniront à Lyon en présence de l’équipe du Plan bâtiment durable. «Ce temps de travail collaboratif va nous permettre de réfléchir et d’avancer sur différents sujets comme la mise en place d’une charte ou les conditions d’entrée de nouveaux membres», détaille le président d’Operene.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X