Performance énergétique

En Rhône-Alpes, le Cluster éco-énergies trace sa feuille de route

Mots clés : Démarche environnementale

A l’occasion de son 10e anniversaire, le cluster éco-énergies a réuni ses adhérents autour de Philippe Pelletier, président du Plan bâtiment durable, venu parler des défis à venir pour le secteur du bâtiment.

Fort de ses 200 adhérents, le Cluster éco-énergies a su, en 10 ans, s’imposer comme le réseau chargé «de favoriser la compétitivité des acteurs de la filière œuvrant dans le domaine de la performance énergétique appliquée au bâtiment». Développement des groupements d’entreprises, ouverture à l’international, formation, etc. sont autant d’actions développées par le cluster depuis sa création. «Nous sommes en train de bâtir notre feuille route 2017-2020 et allons renforcer nos actions phares, souligne Marie-Soriya Ao, la déléguée générale du cluster. Notre objectif est d’accélérer la mise en place de groupements d’entreprises, d’élargir la cible de pays à l’international et de valoriser davantage l’innovation de nos membres». Côté développement commercial, le Cluster éco-énergies travaille à la mise en place d’une boîte à outils destinée à accroître la compétitivité de ses membres. «Nous allons par exemple négocier des achats groupés de systèmes de veille de marchés publics afin de les rendre plus accessibles pour nos adhérents qui pourront répondre en groupement», précise la déléguée générale. Des partenariats sont également en train de se nouer avec des écoles de management (EM Lyon, IAE) et des écoles d’ingénieurs (Insa de Lyon).

Au 1er janvier 2017, le cluster s’ouvrira à l’Auvergne. Il compte pour cela s’appuyer sur le projet de plateforme d’éco-rénovation porté par Clermont Métropole. «Comme nous le faisons en Rhône-Alpes, nous proposerons d’accompagner via des groupements d’entreprises constitués et présentant toutes les garanties assurantielles et juridiques», précise Marie-Soriya Ao.

 

Un marché porteur

 

Venu parler des évolutions réglementaires à l’horizon 2020, Philippe Pelletier, président du Plan bâtiment durable a rappelé que le marché de l’éco-rénovation allait s’accélérer avec «le doublement des actions de lutte contre la précarité énergétique et le démarrage des éco-rénovation dans les copropriétés». Décliné en Rhône-Alpes, le Plan bâtiment durable s’appuie, entre autres, sur le cluster pour structurer l’offre de rénovation. Dans le neuf, le label bas carbone devrait pouvoir être expérimenté avant la mise en place de la RT 2020.

Si les projets et les perspectives de développement de l’activité ne manquent pas, reste aujourd’hui une inconnue: le montant de la subvention alloué par la région Auvergne Rhône-Alpes au cluster. Jusqu’ici, sur les 450 000 euros de budget, la région en finançait 70%.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X