Construction Numérique

En région Ouest, le BIM et la réalité virtuelle se démocratisent

Mots clés : Entreprise du BTP - Logiciels - Outils d'aide

Alors qu’à Rennes, la FFB inaugurera bientôt le premier centre de ressources numériques de la filière bâtiment, à Nantes se tiendra, ce mercredi 5 juillet, le salon BtoBIM, une «agora du numérique et BTP» ouverte gratuitement à tous.

La digitalisation de la filière BTP est incontestablement en marche. La preuve, avec l’inauguration le 10 juillet prochain par Jacques Chanut, Président de la Fédération française du bâtiment, et Hugues Vanel, président de la FFB Bretagne, du premier centre de ressources numériques de la filière bâtiment. La FFB, qui estime que le taux d’utilisation du BIM se situe aux alentours de 35%, constate que les TPE-PME, architectes et bureaux d’études restent aujourd’hui en retrait. C’est pour cette raison que la FFB Bretagne a imaginé ce centre de ressources dédié à l’usage du BIM et des outils numériques. «A la fois centre de découverte, de formation et d’accompagnement personnalisé, ce centre va bénéficier d’un équipement de haute technologie en matière de réalité virtuelle et visualisation 3D» assure-t-on à la FFB.

 

BtoBIM, l’agora du numérique et BTP

 

Autre symbole fort du développement du numérique chez les acteurs du BTP de l’ouest: le succès attendu de la deuxième édition du mini-salon BtoBIM, à Nantes. Co-organisée par Novabuild, le cluster ligérien de la construction et Bretagne Développement Innovation (BDI), l’association de développement économique du conseil régional de Bretagne, BtoBIM se définit comme «l’agora du numérique et BTP». Soixante-cinq exposants, six ateliers, deux conférences, dix pitchs et trois animations sont annoncés.

 

Les maîtres d’ouvrages sont en retard

 

Ouvert gratuitement à tous (inscription préalable sur www.btobim.tech), ce mini-salon devrait représenter toute la palette des acteurs du numérique. «Au-delà du BIM, c’est tout un secteur qui entre de plain-pied dans le digital», commente Hédy Zouaoui, dirigeant d’une entreprise de construction et président de BtoBIM.

Comme dans toute période de mutation technologique, le passage au numérique ne va pas sans poser de problèmes. «On constate des niveaux de maturité assez hétérogènes et on peut estimer que les plus en retard sont les maîtres d’ouvrage», expliquait Alain Bretagnolle, architecte associé de l’agence Architecture Studio, devant les architectes experts réunis en congrès le 16 juin dernier à Rennes. Comme souvent en matière d’innovation, certains bailleurs sociaux font exception. Ainsi, Nantes Métropole Habitat affiche sa ferme volonté de prendre le train en marche et compte déjà plus d’une dizaine d’opérations conduites sous environnement BIM.

 

Les majors régionaux en pointe

 

Stimulées par certains chantiers, comme le métro de Rennes imposant une maquette numérique, les majors régionaux ont, eux aussi, déjà une longueur d’avance. C’est le cas du groupe Legendre qui a intégré le BIM dans son projet d’entreprise en mettant notamment en place une équipe dédiée d’une dizaine de salariés sous la responsabilité de Julien Benoît, un ancien de Vinci et Bouygues. «Nous ne sommes pas en retard en France» relativise le BIM manager. Lors d’une conférence sur le sujet organisée par le promoteur Réalités à l’occasion de l’événement The Bridge, le spécialiste a donné sa traduction du BIM, «Bâtiment et information modélisée», en rappelant que la maquette numérique était simplement «un modèle 3D, mais obligatoirement associé à une base de donnée». En témoignant sur des chantiers réalisés en BIM avec des sous-traitants, Julien Benoît s’est également montré rassurant pour les petites entreprises. «Nous utilisons la plate-forme Bimsync, sorte de Facebook du BIM, qui permet à chacun d’avoir le même niveau d’information» explique-t-il. Reste que le développement du BIM ne se fera pas sans certaines précautions, d’ordre juridique notamment. «La maquette numérique est une œuvre composite. Une charte BIM doit notamment être réalisée par la maîtrise d’ouvrage en amont de la conception» a prévenu Eve Nicolas, avocat-expert au cabinet Fidal lors de cette même conférence.

 

Quelle technologie ?

 

Sous réserve de ces précautions juridiques, la technologie devrait contribuer à démocratiser le numérique dans le secteur du BTP. Ainsi, la start-up nantaise Bloc in Bloc a développé une application de réalité augmentée permettant, avec une simple tablette, de superposer une maquette BIM directement sur l’environnement du chantier. De même les visiteurs du salon BtoBIM pourront découvrir des entreprises comme Biméo, une entreprise récemment créée par Éric Lerognon, le dirigeant du bureau d’études Fluditec (à Ploërmel dans le Morbihan). Cette jeune pousse, implantée à Rennes, a développé une plate-forme collaborative qui permet à chaque corps de métier intervenant sur un chantier de visualiser, d’exploiter et de partager la maquette numérique du bâtiment. L’architecte, les bureaux d’études, les artisans et le constructeur peuvent ainsi se déplacer dans le bâtiment, identifier des problèmes, échanger avec les autres professionnels, etc.

Enfin, la démocratisation de la réalité virtuelle devrait faciliter l’usage du numérique. De nombreuses solutions commencent à être développées comme celle proposée sur le salon par l’entreprise lavalaise Inod qui permet de se déplacer, d’interagir et de se voir vivre à l’échelle 1 dans le futur bâtiment… et de diffuser des visites virtuelles à 360°, des vidéos et des perspectives sur les sites web et les réseaux sociaux.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X