Entreprises de BTP

En Méditerranée, Eiffage Construction mobilise ses équipes en faveur de l’innovation

Mots clés : Entreprise du BTP - Innovations

Avant le Challenge national de l’innovation d’Eiffage qui aura lieu en septembre prochain, Eiffage Construction Méditerranée a récemment primé les innovations de son territoire. Des démarches souvent pertinentes, nées de réflexions et de collaborations internes.

«En 25 ans, peu de choses ont changé dans le BTP. On étudie et réalise les chantiers toujours de la même façon. C’est la grande différence entre l’industrie et le BTP. Mais si nous construisons à chaque fois des prototypes, si la transmission orale des savoirs est importante dans nos métiers, une révolution est en marche dans le BTP et suppose que chacun fasse preuve d’inventivité et de créativité, aussi bien sur les chantiers que dans les bureaux. L’innovation, ce sont des gisements d’économie et d’optimisation considérables» lance Luc Bouvet, le directeur régional d’Eiffage Construction Provence.

A l’heure ou à Marseille, au sein d’Euroméditerranée 2, le groupe porte et développe avec l’opération «Smartseille» (l’îlot Allar) un écoquartier du futur, vitrine de toutes les innovations développées par Eiffage sur le créneau de la ville méditerranéenne durable, l’entité Méditerranée d’Eiffage Construction (Eiffage Construction Languedoc-Roussillon et Eiffage Construction Provence), associée à Eiffage Immobilier a relancé cette année un challenge régional de l’innovation.

 

Des fiches 3D pour des voiles béton complexes

 

Trente dossiers ont été constitués par les équipes locales et onze ont été présentés à un jury de spécialistes (RSE & Innovation, l’OPPBTP, Eiffage, Le Moniteur, le Cobaty), début juillet. Une première étape avant les Trophées nationaux de l’innovation qui seront délivrés par le groupe Eiffage en septembre prochain. Parmi les onze dossiers constituant un panel d’innovation très large (de la simple astuce sur chantier à un outil informatique préfigurant le BIM), quatre ont été distingués.

Dans la catégorie «fonction support», c’est l’organisation du chantier de la médiathèque de Vitrolles, un ouvrage complexe en béton brut signé de l’architecte Jean Pierre Lott, comportant des voiles de 9 m de haut et un rayon de courbure de 24 m, un porte-à-faux de 8 m qui a été récompensé. «L’objectif était de mettre au point un outil d’aide à la réalisation de cet ouvrage nécessitant des arases de voile à altimétrie variables, l’optimisation des trains de banche pour les voiles courbes et une bonne implantation des mannequins à la géométrie aléatoire au sein des voiles» explique Grégoire Cozic chargé d’affaires méthodes d’Eiffage Construction Provence. La réponse a été l’établissement de fiches détaillées phase par phase de l’opération, regroupant les informations nécessaires à l’exécution avec visualisation 3D et la préparation en amont de «packs» d’outillage (fond de moule, arrêt de coffrage vertical, arase), permettant d’éviter la recherche de matériels sur site.

 

Un outil «révolutionnaire» pour serrer et desserrer les banches

 

Dans la catégorie «technique», les équipes d’Eiffage Construction Méditerranée ont réussi à mettre au point avec le fournisseur d’outillage Sam, un outil «révolutionnaire» pour le serrage et le desserrage des banches dont le principe n’avait pas évolué depuis 1955 ! « C’est une avancée qui supprime le risque d’accident et de maladie professionnelle par répétitivité du mouvement et qui permet d’améliorer la qualité de l’ouvrage grâce à l’emploi du bon couple de serrage des banches» souligne Jean-Marc Bounekir du service prévention d’Eiffage Construction. L’invention est venue de la combinaison d’une douille creuse de 40 cm de long avec une clé à choc pneumatique autonome (bouteille de 9 l rechargeables) et a même fait l’objet d’un dépôt de brevet à l’INPI. L’outil a été testé sur plusieurs chantiers.

Deux autres prix «coup de cœur» ont été décernés: les actions d’insertion et d’accompagnement sur le chantier du Carré Saint Lazare à Marseille (350 logements) qui ont permis de créer 15 emplois au bénéfice de jeunes issus de quartiers sensibles et bien au-delà des clauses d’insertion légales (action portée par le Crepi); la dépollution douce des sols par mycorémédiation sur l’îlot Allar à Marseille (Eiffage Construction Méditerranée avec la start-up Polypop).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X