Réalisations

En juin, les architectes font leur show

Mots clés : Architecture

Découvrir des réalisations architecturales de l’intérieur. C’est l’objectif des Journées d’architectures à vivre qui, pour leur 17e édition organisée au mois de juin, donnent l’accès à 50 maisons en Gironde. L’occasion pour les architectes de se mettre en scène et de descendre du piédestal sur lequel le public les a placés.

«Nous voulons éduquer le public à l’architecture et dédramatiser le fait de faire appel à un archi», explique Matthieu de Marien, architecte bordelais propulsé cette année ambassadeur des Journées d’architectures à vivre en Gironde. Il regrette «un manque de culture architecturale» des élus – qu’il constate à l’occasion de concours – comme des particuliers. «Ils ne comprennent pas toujours l’utilisation de certains matériaux ou la modernisation d’un bâtiment», regrette-t-il.

 

Raconter une histoire

 

Avec ses confrères, ils seront présents des 16 au 18 et des 23 au 25 juin dans les maisons qu’ils ont conçues pour une visite guidée. «Et surtout raconter une histoire», précise Matthieu de Marien. Cette année, Olivier de La Chaise, éditeur du magazine Avivre et organisateur de l’événement, a voulu donner une autre dimension aux journées en créant trois prix nationaux (Grand prix, Prix du jury et Prix des internautes). Le jury évaluera le geste architectural, l’innovation en termes de principe constructif, les matériaux, l’emplacement géographique et le confort de l’occupant (lumière naturelle, par exemple). «L’idée de ces journées est de montrer que l’architecture n’est pas uniquement réservée aux gros budgets, indique Olivier de La Chaise, l’architecture est accessible !» Et pour les architectes, la maison individuelle est un véritable terrain de jeu. «Ils sont plus innovants et osent une démarche expérimentale», reconnaît l’éditeur. Mattieu de Marien déplore que le marché de la maison individuelle échappe aux architectes, au profit des constructeurs et d’un bâti «standardisé». «On pourrait faire plus d’architecture dans les lotissements, les zones périurbaines, etc.», note-t-il.

A Bordeaux, il observe tout de même un certain dynamisme – 50 maisons ouvertes au public en Gironde pour 500 sur tout le territoire – et la qualité croissante des projets présentés. Cette année, l’échoppe est à l’honneur. Cette maison en pierre de plain-pied ou à étage typique de Bordeaux semble inspirer les architectes. Pour les visiter et rencontrer architectes et propriétaires, il suffit de s’inscrire sur le site des Journées d’architectures à vivre.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X