Chantiers

En Arles, la tour-sculpture Gehry se pare d’inox

Mots clés : Acier - Architecte - Entreprise du BTP - Établissements de soins - Manifestations culturelles - Salles d'audition, de conférences, de réunion, spectacles ou à usages multiples - Urbanisme - aménagement urbain

En août, Eiffage membre du groupement conduit par Vinci Construction, doit avoir terminé la façade de la tour conçue par l’architecte Frank Gehry en Arles. Elle est le point phare du complexe culturel créé sur la ZAC du Parc des Ateliers par le mécène Maja Hoffmann, cohéritière des laboratoires pharmaceutiques Roche.

Depuis le début juillet, les rencontres de la photographie battent leur plein en Arles, dans les Bouches-du-Rhône. Le chantier de construction de la tour conçue par l’architecte Frank Gehry sur le site des anciens ateliers de la SNCF est une autre attraction qui attire les visiteurs appelés à se rendre à la maison du chantier. Point phare du futur complexe culturel «Le Parc des Ateliers» créé par la fondation Luma de la cohéritière des laboratoires pharmaceutiques Roche, Maja Hoffmann, sur la friche industrielle de 11 hectares, la construction de l’édifice de 56 m de haut culmine déjà vers le ciel.

Pour ce projet, Frank Gehry a demandé à travailler avec les entreprises intervenues sur le chantier de la fondation Vuitton à Paris. Ainsi, Vinci Construction France, mandataire du groupement, et Eiffage Métal font partie de cette nouvelle aventure qui a demandé un long travail d’études avant le démarrage du chantier en 2015.

En 2018, le Parc des Ateliers sera un centre international de création contemporaine et de diffusion de l’art. La tour-sculpture de Frank Gehry est un des éléments de ce vaste chantier de reconversion d’un site abandonné par la SNCF en 1984. Seule construction neuve sur le site, elle va abriter des salles d’exposition et de séminaires, des ateliers d’artistes, des bureaux, des restaurants, une bibliothèque, etc. Par exemple, une salle d’exposition de 1 000 m2 (6,50 m de hauteur) posée au pied de la tour, complète le projet.

Le tout est posé sur un socle de béton semi-enterré de trois niveaux (13 000 m2 de plancher) de 8 m de haut; base de la tour, il servira aussi de parvis.

 

Tour de dix niveaux

 

Vinci Construction France a terminé le gros œuvre en mars 2016. L’édifice de dix niveaux (6 000 m2 de plancher), tous de hauteurs différentes, est une structure mixte se composant d’un noyau central en béton sur lequel se greffent quatre tours pétales: «Ces tours sont constituées d’une charpente mixte avec bacs collaborants posée sur le socle et fixées au noyau. A l’intérieur, posés en périphérie conformément au souhait de Frank Gehry, les rives de dalle et les poteaux inclinés permettent d’épouser au plus près la forme de la façade. C’est cette structure qui supportera la façade en acier inoxydable fabriquée et posée par Eiffage Métal», détaille Franck D’Haveloose, directeur du projet chez Dumez Méditerranée, filiale de Vinci Construction France.

Eiffage Métal a démarré en février 2017 la pose des 11 500 briques en inox qui vont recouvrir l’édifice. Ce 31 juillet, elle aura achevé la pose des 240 éléments de la coque. Rappel de la touche épaisse du peintre Vincent Van Gogh, elle constitue une des principales particularités du projet. Les briques sont fixées avec un système de clips à ressort à des panneaux de 15 m2. L’opération s’effectue au sol pour un tiers et en l’air pour le reste. Pour les lever et les accrocher à l’ossature métallique, le groupement a recours au grutage mais aussi à des hommes spécialisés dans les travaux acrobatiques. Au total, 280 panneaux vont être ainsi posés et soudés entre eux. «Une couronne se compose d’environ douze panneaux, tous de forme différente. Soudés verticalement, ils sont superposés, ou tuilés, entre deux niveaux. Le temps de pose peut durer d’une heure à une heure trente», précise Franck Templer, chef de projet «Grands projets» chez Eiffage Métal. «Une fois la coque posée, il faut éviter que la structure se déforme compte tenu du poids des planchers radiants. Nous avons donc choisi de poser les planchers avant la coque, puis de procéder à la projection de plâtre», poursuit Franck D’Haveloose.

 

Rotonde en verre

 

Outre ses qualités esthétiques, la façade, conçue comme une coque de navire, assure l’étanchéité à l’air et à l’eau. Elle est également composée de failles et de boîtes vitrées qui apportent la lumière naturelle. Sur les 53 boîtes, 47 sont fixées à la paroi métallique. Au niveau du socle, les six autres sont en interface avec le béton.

En octobre prochain, Eiffage Métal réalisera la rotonde en verre (2 400 m2 de plancher, 56 m de diamètre, 16 m de hauteur) qui encercle la tour à sa base. Ouvrage entièrement vitré, elle se compose d’une charpente métallique galvanisée. «Elle est tenue par une structure propre rattachée à une poutre circulaire elle-même rattachée aux différentes veines de l’ossature métallique», précise Franck Templer d’Eiffage Métal. Cet espace conçu comme un sas d’entrée ne sera pas climatisé. Un plancher rafraîchissant, des vitrages à couche avec des coefficients élevés (protection solaire et sérigraphie), des stores intérieurs et des ouvrants de ventilation motorisés avec des capteurs de récupération des données climatiques garantiront une température qui ne descendra pas en dessous des 12 degrés l’hiver et ne dépassera pas les 32 degrés l’été. La mise au point du système connecté à une gestion automatisée a nécessité de nombreux calculs et des études de modélisation en 3D en amont notamment pour tenir compte de la réflexivité de l’inox et de la courbe d’ensoleillement.

 

Béton armé architectonique

 

Le béton est aussi mis en avant sur le projet. Ainsi, les autres édifices de l’ouvrage sont recouverts de 1 100 panneaux préfabriqués (8 300 m3) en béton armé architectonique pouvant peser cinq tonnes. Ils ont demandé un travail de R&D pour obtenir le rendu demandé par l’architecte. Il souhaitait en effet rappeler la pierre du massif des Alpilles qui entourent Arles. Pour cela, Vinci Construction France a créé quatre matrices de relief de 5 mm d’épaisseur, réalisées à partir des prises d’empreinte par projection de silicone effectuées directement sur les parois des carrières des Baux de Provence dans les Bouches-du-Rhône.

«Le projet a produit cinq avis techniques expérimentaux ou Atex: le système de fixation des briques, celui du système d’isolation par l’intérieur inspiré des constructions offshore, les boîtes vitrées avec leur système d’étanchéité, les verres spécifiques de la rotonde et enfin les systèmes d’attache des panneaux préfabriqués de façade», rappelle Franck D’Haveloose.

 

Fiche technique

Investisseur: Maja Hoffmann (Fondation Luma)

Maître d’ouvrage: SCI Ateliers d’Arles Immobilier

Assistant à maîtrise d’ouvrage: Myamo

Architecte: Frank Gehry

Assistant technique à maîtrise d’ouvrage: Quadrature Ingénierie

Bureaux d’études: Setec, Studios Architecture, T/E/S/S, Terrell

Bureau de contrôle: Socotec

Groupement d’entreprises: Vinci Construction France (mandataire), Dumez Méditerranée, Dumez Sud, GTM Sud, Eiffage Métal, Crudeli, Vinci Energies

Calendrier: début des travaux, janvier 2O15; livraison, premier semestre 2O18

Coût: 14O millions d’euros.

 

Chiffres-clés

3O OOO m2 de plancher; 24 OOO m2 de surface totale

1 6OO tonnes de structures métalliques

1 5OO tonnes d’armature

12 OOO m3 de béton

3 85O m2 de surfaces vitrées pour la rotonde

11 5OO blocs inox et 8 3OO m3 de panneaux préfabriqués

3OO salariés mobilisés (pic d’activité)

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Peau métallique = fabrication CITYNOX

    en réponse au commentaire de Jan Meyer… : les blocs inox et les supports de cette tour sont fabriqués à Alès, par l’entreprise Citynox. ( coupure presse midi libre) http://www.citynox.fr/fabricant-des-blocs-inox-pour-luma/
    Signaler un abus
  • - Le

    La peau métallique

    Etes vous certains que c’est bien Eiffage Métal qui a réalisé la peau Inox et ses supports ? Jan Meyer
    Signaler un abus
    • - Le
      Oui, et nous le prouvons : http://www.eiffageinfrastructures.com/home/nous-connaitre/references/fondation-luma.html Merci pour votre commentaire.
      Signaler un abus
  • - Le

    C'est extra

    Toute l’ingéniosité de Franck Ghery, mené de main de Maitre par. Vinci and Co. Bravo
    Signaler un abus
  • Voir tous les commentaires (4)
    Commenter cet article
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X