Chantiers

En Alsace, la maison du XVIe siècle se transforme en contemporain

Mots clés : Chauffage - froid - Produits et matériaux

C’est une maison alsacienne ancienne comme on les trouve sur les cartes postales, avec ses colombages, son torchis, et son kachelofen, ce lourd poêle en faïence. Propriété de viticulteurs dans un des coquets villages du vignoble bas-rhinois, la noble bâtisse du XVIe siècle achèvera dans deux mois une transformation parmi les plus spectaculaires qu’une telle construction ait connue dans la région.

Le chantier de 350 000 euros s’est concentré sur les pièces à vivre représentant un gros tiers des 800 m2 du domaine. «La commande consistait à conserver leur charme d’origine tout en les rendant résolument contemporaines, en utilisant des matériaux écologiques en cohérence avec la culture en biodynamie du propriétaire», souligne Jérémy Hérard, dirigeant de Notes de Style.

Cet architecte d’intérieur n’a pas fait dans le détail: cinq murs porteurs de la pièce principale ont été abattus pour créer un vaste espace ouvert, les murs à l’arrière ont également été réduits en gravats afin de créer une terrasse couverte donnant sur le ruisseau.

 

Couches modernes sur structures anciennes

 

Le mariage recherché de l’ancien et du moderne a généré quelques alliances assez originales de matériaux. L’ossature bois s’est recouverte de plaques Fermacell, et les plafonds ont été habillés des plaques «Activ’Air» de Placo assainissant l’air intérieur. Une structure métallique d’IPN et d’IPE reprend la structure ancienne. «Nous avons utilisé des peintures bio et respirantes traitées à l’eau ou à la chaux», ajoute Jérémy Hérard. Les sols sont isolés par 20 cm de laine de bois en panneaux semi-rigides pour une conductivité thermique de 0,036 W/m2.K. Puis ils sont refermés avec des panneaux CTBH. L’isolation des murs utilise une laine de verre sans composés organiques volatils (COV).

Au premier étage, le balcon aménagé avec vue sur la rivière résout le problème de luminosité lié au peu de fenêtres existantes et à l’interdiction d’en ajouter sur les façades du fait de l’implantation en secteur classé. Le parquet de la salle de bains conserve ses remarquables chevrons d’origine, sans vernis. Une couche d’huile appliquée une fois par an doit suffire pour évacuer l’eau.

Quant au fameux kachelofen, il n’a pas été retouché lui-même. Son sol a été repris par une injection de béton qui assure sa consolidation et son égalisation.

De toutes ces métamorphoses sur les parties privées, les clients ne verront rien. Mais ils pourront noyer leur éventuelle frustration dans l’excellent Riesling du viticulteur…qui souhaite rester anonyme.

 

Focus

Les entreprises du chantier

La rénovation de la maison du XVIe siècle a été confiée en totalité à des entreprises locales:

Diebold et Fils à Reichstett (Bas-Rhin) pour la plâtrerie;

Jantzi à Strasbourg (Bas-Rhin) pour la menuiserie bois;

Novaferm à Schiltigheim (Bas-Rhin) pour la menuiserie PVC;

Sols Concept à Reichstett (Bas-Rhin) pour le carrelage;

Ledig à Diffenbach au Val (Bas-Rhin) pour la peinture;

Ceylan Sanitaire à Strasbourg pour la plomberie;

Electric Connection Alsace à Molsheim (Bas-Rhin) pour l’électricité.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X