Entreprises de BTP

« En 2017 nous aurons une action volontariste en direction des régions », Jacques Frenehard, président du syndicat français de l’échafaudage

Mots clés : Etat et collectivités locales - Matériel - Equipement de chantier

Les administrateurs du syndicat français de l’échafaudage, du coffrage et de l’étaiement (SFECE) organisent, vendredi 18 mai, leur assemblée générale à Bordeaux. Une première, à l’occasion des 50 ans du syndicat, qui traduit sa volonté de développer ses actions dans les régions. Un de ses axes majeurs en 2017. Entretien avec le président Jacques Frenehard qui se présente à sa succession pour un nouveau mandat de trois ans.

Vous êtes à Bordeaux aujourd’hui et demain pour organiser votre assemblée générale. Quel est le sens de cette délocalisation ?

On voulait marquer le coup pour nos 50 ans. Nous avons également voulu montrer que notre objectif est d’être au plus près de nos adhérents, qui ne sont pas uniquement parisiens. Il y a de gros besoins en province également. Cette année, nous aurons une action volontariste en direction des régions : nous allons faire un tour de France, en partenariat avec les FFB locales et la Carsat, pour rencontrer nos adhérents, leur apporter des informations et faire mieux connaître nos métiers. Nous avons notamment le souhait d’y intéresser les jeunes.

 

Avez-vous des difficultés à trouver des salariés ?

Il n’existe pas de formation initiale pour faire du montage d’échafaudage, si ce n’est le lycée professionnel Benjamin Franklin à La Rochette (77). Il dispense depuis trois ans une formation...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X