Vie de l'entreprise

En 2014, les maladies professionnelles repartent à la hausse dans le BTP

En 2014, le nombre de maladies professionnelles comptabilisées dans le secteur de la construction a augmenté de 6,1% par rapport à 2013. Mais le BTP enregistre une baisse de 3,8% sur le front des accidents du travail et de 7,8% sur celui des accidents de trajet.

En 2014, le nombre de maladies professionnelles (MP) enregistrées dans le secteur du BTP a augmenté de 6,1% par rapport à 2013, d’après les statistiques de la caisse nationale d’assurance-maladie des travailleurs salariés (Cnam-TS). L’année précédente, ce chiffre avait baissé de 3,2%. La construction comptabilise ainsi 1 479 758 journées de travail perdues (+8,4%) sur l’année du fait d’une MP. Malgré cette hausse, les décès liés à ces affections marquent le pas, baissant de 36% (16 victimes en 2014).

A l’inverse des MP, en 2014, les accidents du travail (AT) ont diminué dans le secteur de 3,8% (sachant que la masse salariale a fondu de 1,8% sur la période), et le nombre de décès découlant d’un AT de 5,5% (137 décès). Ce qui se traduit entre autres par une diminution de 1,7% du taux de fréquence d’accidents du travail (1), à 41,2 – le BTP gardant sa première place, en 2014, de branche la plus accidentogène. Autre signal positif pour le BTP : la baisse de 7,8% des accidents de trajet (5313 évènements), et la diminution de 30,2% des décès qui en résultent (30 décès).

Enfin, tous secteurs confondus, l’amiante a été à l’origine l’an dernier de 3562 cancers et affections, un chiffre en baisse de 9,6% par rapport à 2013. Les troubles musculo-squelettiques (TMS) ont, eux, augmenté tous secteurs confondus de 1,7% (39 774 affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail et affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle de charges lourdes). Le « poids » du BTP dans ces deux derniers résultats n’est pas encore connu.

(1) Le taux de fréquence d’accidents du travail est le nombre d’accidents du travail ayant donné lieu à un arrêt de travail d’au moins un jour par million d’heures de travail.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X