Logement

Emmanuelle Cosse veut rassurer les bailleurs sociaux

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Démarche environnementale - Gouvernement

Venue à Poitiers écouter les professionnels du bâtiment et clore les travaux de l’assemblée générale de la fédération nationale des Offices publics de l’habitat (OPH), Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, s’est réjoui des bons résultats obtenus ces derniers mois.

«Nous enregistrons une très forte reprise en matière de logements et de construction de bâtiments. Il faut poursuivre cette reprise et aider les entreprises à aller plus loin», s’est félicitée la ministre du Logement lors de l’assemblée générale de la fédération nationale des OPH à Poitiers, ce 26 mai.

Pour Emmanuelle Cosse, les différents dispositifs d’aide à la pierre fonctionnent plutôt bien. Que ce soit les prêts à taux zéro, la loi Pinel ou les «crédits d’impôts qui doivent aider de plus en plus de ménages». L’objectif des 500 000 logements défini par le président de la République pourrait être atteint. «Nous sommes autour de 380 000 logements. Notre but est de construire davantage de logements abordables, là où sont les besoins.»

La ministre a bien insisté sur son refus d’une politique du chiffre pour le chiffre. Il ne s’agit pas, non plus d’entretenir une spéculation, mais d’implanter des logements là où il y a une demande. Elle s’est arrêtée également sur les programmes de rénovation et de réhabilitation, précisant que «la moitié des ménages en situation de précarité énergétique est située en milieu rural. Ainsi, nous allons porter à quelque 30 000 le nombre de logements rénovés dans le cadre de l’opération «Habiter mieux».

 

À long terme

 

Emmanuelle Cosse a insisté sur la nécessité de s’inscrire dans la durée. «La réussite de cette politique repose sur des dispositifs pérennes. Quelle que soit la majorité à venir, si elle est suffisamment bête pour détruire ce qui a été fait de bien en faveur du bâtiment, elle devra en assumer les conséquences».

À plusieurs reprises, les bailleurs sociaux ont fait part de leurs inquiétudes notamment en matière d’engagement budgétaire de l’État et «face à l’instabilité permanente des textes législatifs». Président de la fédération des Offices publics de l’habitat, Alain Cacheux s’appuyait sur l’exemple suivant: «On demande aux offices de se rattacher aux intercommunalités alors que dans le même temps, celles-ci changent».

Emmanuelle Cosse a tenu à rassurer les bailleurs. Elle a rappelé la création du Fonds national des aides à la pierre. Celui-ci sera doté de plus de 500 millions et la gouvernance en sera assurée par les offices, les collectivités locales et l’État. La ministre a également évoqué le prochain dispositif de financement en quasi fonds propres dont disposeront les bailleurs sociaux. Les sommes dégagées serviront à la rénovation du parc social et à la construction de logements neufs.

Emmanuelle Cosse a profité de son déplacement poitevin pour signer une convention de mutualisation avec l’ensemble du mouvement HLM. «Avec cette convention, ce sont 350 millions d’euros qui pourront être mutualisés à partir de 2017 sur les investissements 2016 pour construire, réhabiliter et aider à la démolition dans les territoires détendus», a conclu Alain Cacheux.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X