Logement

Emmanuelle Cosse défend le RGE

Mots clés : Artisanat - Bâtiment d’habitation individuel - Démarche environnementale - Efficacité énergétique - Gouvernement

Invitée à conclure une table ronde lors du premier Atelier national des initiatives locales pour la rénovation énergétique, la ministre du Logement est revenue sur l’enquête polémique d’UFC-Que Choisir sur les artisans « reconnus garant de l’environnement » et la rénovation énergétique. Elle a appelé à « se rebeller » contre la présentation négative systématique de la politique de rénovation et à éviter les généralisations.

Elle n’a pas cité de noms mais elle leur en veut. « Ils » ce sont ceux « qui ricanent », qui jouent l’air du « à quoi ça sert de fixer des objectifs si c’est pour ne pas les tenir ».

Invitée à intervenir lors du premier Atelier national des initiatives locales pour la rénovation énergétique, la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse avait donc un message à leur intention : oui, « elle tient à l’objectif de 500.000 logements rénovés énergétiquement chaque année à partir de 2017 ». Et même s’il reste des interrogations sur certains volets de la politique de rénovation – notamment sur le tiers-financement, interrogation qu’elle a demandé au président du Plan Bâtiment Durable, Philippe Pelletier de lever – les dispositifs mis en place doivent, Emmanuelle Cosse en est persuadée, permettre d’atteindre cet objectif.

 

« Se rebeller »

 

Parmi ces dispositifs, la ministre n’a pas oublié la mention RGE créée pour accompagner la montée en gamme de la filière. « Aujourd’hui, 72.000 entreprises sont RGE », s’est Emmanuelle Cosse. Qui a profité de cette occasion pour commenter l’enquête à charge d’UFC-Que Choisir sur les artisans RGE. « Je pense que ce n’est pas une bonne chose de tirer des conclusions définitives à partir d’un échantillon de 10 maisons et d’une cinquantaine d’entreprises sur 72.000. Il faut qu’on se rebelle contre cette manière de présenter les choses et les entreprises. »

Et pour cela, la ministre du Logement compte sur le développement de plateformes territoriales de la rénovation, thématique justement au programme de l’un des ateliers de travail du jour.

Tout est bien qui finit bien !

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X