Entreprises de BTP

Emirats : près de la moitié des ouvriers du bâtiment pourraient être licenciés en 2009

Cité par le quotidien émirati Khaleej Times, Khalfan Al-Kaabi, membre du Conseil d’administration de la Chambre de commerce d’Abou Dhabi, capitale des Emirats arabes unis , a estimé que « 40 à 45% des emplois dans le secteur du bâtiment seront supprimés l’an prochain si les projets du secteur privé sont reportés ou annulés par manque de financement ».
Il a ajouté qu’il était « tout à fait normal de supprimer ces emplois » en cas de poursuite de la crise financière, marquée par un durcissement des conditions d’attribution des crédits bancaires notamment.
Il n’a pas précisé le nombre de travailleurs qui seraient touchés par cette vague de licenciements dans un pays qui compte 6,4 millions d’habitants dont 5,5 millions d’étrangers, majoritairement originaires d’Asie du sud et employés massivement dans le secteur immobilier, en plein essor ces dernières années.
D’ores et déjà, des milliers de travailleurs du bâtiment licenciés ont demandé au ministère du Travail de confirmer l’annulation de leurs contrats pour pouvoir rechercher un autre emploi ou quitter le pays, a indiqué le journal. Aux Emirats, un ressortissant étranger ne peut changer d’employeur qu’une fois son dernier contrat de travail annulé.
Selon Khaleej Times, la plupart des travailleurs licenciés sont des ressortissants asiatiques employés par des compagnies basées à Dubaï, membre de la fédération des Emirats.
Dubaï, dont la prospérité repose sur le tourisme et l’immobilier, avait chargé une commission d’évaluer l’impact de la crise financière sur l’émirat et de proposer les mesures nécessaires pour venir en aide à différents secteurs, notamment les banques et l’immobilier.

AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X