Transport et infrastructures

Eiffage : un marathon pour mettre en avant l’autoroute de Dakar

Mots clés : Entreprise du BTP - Réseau routier

Le groupe de construction organise les 13 et 14 février une course sur l’Autoroute de l’Avenir,une 2X2 voies mise en service en août 2013 au Sénégal, qu’Eiffage a construite et qu’il exploite.

Avant qu’il ne décède brutalement le 23 octobre dernier, le P-DG d’Eiffage Pierre Berger avait dit à Gérard Sénac, le patron d’Eiffage Sénégal, que les manifestations culturelles organisées depuis plus de vingt ans par la filiale du groupe français dans le pays d’Afrique de l’Ouest étaient une bonne chose, mais qu’il fallait un évènement d’ampleur pour marquer les esprits et promouvoir l’Autoroute de l’Avenir. Cette infrastructure qu’Eiffage a conçue, financée, construite et dont il est l’exploitant, est la première autoroute à péage de la région. De là est née l’idée d’un marathon sur le tracé de cette infrastructure, dont le premier tronçon a été inauguré le 1er aout 2013. L’autoroute relie pour l’instant la Patte d’Oie, un arrondissement de la ville de Dakar, à Diamniadio, une ville située à l’est de la capitale. Un nouveau segment jusqu’à l’aéroport international Blaise Diagne est en cours de construction.

Désenclaver les capitales d’Afrique

L’ancien P-DG ne pourra pas assister à cet évènement qui se déroulera les 13 et 14 février prochains. Le marathon, auquel participeront les champions olympiques éthiopien Haile Gebreselassie et kenyan Paul Tergat, sera l’occasion de promouvoir l’Autoroute de l’Avenir auprès des représentants d’autres pays africains. « C’est clairement un produit d’appel pour nous », indique Gérard Senac qui travaille au Sénégal depuis 27 ans. Il y aura beaucoup d’officiels venus du Bénin, du Mali, de Guinée Conakry, de Mauritanie… Grâce au concours des bailleurs de fonds internationaux – Banque mondiale, Banque africaine de développement, Fonds monétaire international – il est devenu possible de désenclaver toutes les grandes capitales africaines. »

Lors des six premiers mois d’exploitation, 9,3 millions d’euros de chiffres d’affaires ont été réalisés. « Nous obtenons une rentabilité correcte, même si nous sommes plutôt dans la fourchette basse du modèle financier. Le projet d’autoroute payante a fonctionné car les Sénégalais en ont dès le début accepté le principe. »

 Plus d’informations avec Le Moniteur Export  



Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X