Chantiers

Eiffage reprend les études de structure sur le chantier interrompu de la Toulouse School of Economics

Mots clés : Conception - Défaillance d'entreprise - Entreprise du BTP - Fondation - Situation économique

Arrêtée depuis le 29 septembre 2014 suite à la faillite du bureau d’études structures RFR GO+ et à la nécessité de revoir les calculs des fondations, la construction de la Toulouse School of Economics peut reprendre. Le bâtiment, qui doit accueillir les chercheurs de l’école dirigée par le prix Nobel de l’économie Jean Tirole, sera livré à l’hiver 2017-2018 avec un an et demi de retard.

Depuis près d’un an, les grues sont immobilisées sur le chantier de construction de la Toulouse School of Economics (TSE) au bord du canal de Brienne à Toulouse. Elles devraient reprendre leur activité le 28 août 2015. C’est en tout cas ce qu’a annoncé, le 12 mai lors d’un point presse, Bruno Sire, président de l’université Toulouse 1 Capitole. L’école ouvrira en septembre 2017, soit un an et demi après sa livraison programmée au départ.

Au total, le retard représente un surcoût de près de 5 millions d’euros au maître d’ouvrage pour un projet de 11 280 m2 Shon dont le montant était estimé à près de 40 millions d’euros. Il va l’amener aussi à différer d’autres chantiers compris dans un vaste programme de modernisation de ses bâtiments.

 

Arrêt du chantier en septembre 2014

 

La défaillance du bureau d’études RFR GO+ a conduit à l’arrêt du chantier en septembre 2014. La décision résulte d’un long processus. Au cours du second semestre 2013, soit quelque mois après le début du chantier en avril de la même année, l’université exprime ses inquiétudes quant au respect des délais d’exécution. Ensuite, en mai 2014, Eiffage construction Midi-Pyrénées, lauréate du marché de gros œuvre, constate des erreurs de calculs sur les fondations. «RFR GO+ avait oublié entre 300 et 400 tonnes de charges sur une fondation. Or, le bureau de contrôle avait donné un avis favorable. Mais, il est vrai qu’un bureau de contrôle ne reprend pas tous les calculs de façon exhaustive», raconte le président de l’université.

 

Mise en liquidation de RFR GO+

 

L’affaire ne s’arrête pas là. En août, RFR GO+ est mis en liquidation. Sa société mère transfère le dossier à un sous-traitant français, Sepia GC, avec l’engagement de fournir les nouvelles études structures en octobre 2014. C’est à cette date que l’université décide de suspendre le chantier.

Elle ne sera toujours pas au bout de ses peines. En effet, les nouvelles études de structures fournies avec retard, en février 2015, ne donnent pas satisfaction. L’université demande au cabinet irlandais Grafton, mandataire de la maîtrise d’œuvre, de rompre son partenariat avec RFR, basée en Grande Bretagne. Puis, en avril, elle confie à Eiffage construction Midi-Pyrénées la reprise des études structures. «Le bâtiment est construit avec la technique du béton précontraint, une technique qu’Eiffage maîtrise compte tenu de ses activités dans les travaux publics», justifie le président de l’université.

En parallèle, les compagnies d’assurance exigent un diagnostic complet des travaux déjà réalisés. Il sera terminé en juin 2015. A cette date, le maître d’ouvrage saura si d’autres fondations doivent être reprises.

 

Pas de suspension du permis de construire

 

Pour Bruno Sire, l’université Toulouse 1 Capitole, qui a saisi la justice pour être dédommagée, s’en sort finalement plutôt bien: «La découverte des erreurs de calculs s’est faite suffisamment tôt. Nous évitons aussi la suspension du permis de construire, qui intervient automatiquement après plus d’un an d’arrêt de chantier», précise-t-il. Prenant exemple sur le cas du nouveau bâtiment de l’institut d’études politiques de Strasbourg, dont le chantier a été suspendu en juillet 2014 du fait des défaillances du même bureau d’études RFR GO+, l’universitaire s’estime chanceux: «A Strasbourg, le maître d’ouvrage, le conseil régional d’Alsace, budgète des solutions de démolition alors que le bâtiment est quasiment terminé. Le permis de construire est terminé, de même que tous les marchés ont été annulés. C’est une catastrophe absolue», ajoute-t-il.

Le nouveau bâtiment de TSE (Toulouse School of Economics), école dirigée par le prix Nobel de l’Economie Jean Tirole, est dédié spécifiquement aux activités de recherche en économie. Il s’inscrit dans la proximité du canal de Brienne et à deux pas de l’église Saint-Pierre des Cuisines, le plus ancien édifice, prémédiéval, de la ville rose. L’emplacement a conduit le cabinet irlandais Grafton Architects, à dessiner un bâtiment d’une modernité assumée dans le respect des grands thèmes de ce site historique. Les façades sur six niveaux, au-dessus de deux niveaux de sous-sol avec paroi moulée, sont ainsi revêtues de briques foraines de 10 cm d’épaisseur assurant une isolation par l’extérieur en reprenant le camaïeu de couleurs des murs anciens adjacents.

 

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage: Université Toulouse 1 Capitole.

Architectes: Grafton Architects (mandataire), agence Vigneu-Zilio.

Entreprises: Eiffage Construction (terrassements, gros œuvre), Malet (VRD), Réalco (menuiseries extérieures), Constructions Saint-Éloi (serrurerie), ETP, Rouzès (plâtrerie, cloisons vitrées, faux plafonds), Del Tedesco (menuiseries intérieures), Comey (planchers techniques), Roudié, Sol Français (revêtements de sol, peinture), Eiffage Energie Thermie (plomberie, CVC, GTC), Cofely Ineo GDF Suez (courants forts, courants faibles), CFA (appareils élévateurs), ISS (espaces verts).

Shon: 11 280 m2.

Coût: 44,3 millions d’euros TTC.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X