Entreprises de BTP

Eiffage: disparition de Bernard Jouannaud, figure du BTP

Ancien président du groupe Quillery, Bernard Jouannaud s’est éteint le 16 avril, à 93 ans. Il aura transformé une petite entreprise familiale en un groupe de BTP comptant 6 000 salariés. En 1986, partant à la retraite, il confie les rênes de son entreprise à SAE, dont la fusion avec Fougerolle donnera naissance à Eiffage six ans plus tard. Hommage.

C’est une figure du BTP qui s’éteint. Dans un communiqué, le groupe Eiffage a annoncé le décès de Bernard Jouannaud, ancien président du groupe Quillery, survenu le 16 avril dernier dans sa 94ème année. Si son nom est peu connu du plus grand nombre, « il fût une personnalité marquante dans son secteur d’activité », relate Eiffage. Né en 1922, il sort de l’École spéciale des travaux publics (ETP IG43) pendant la seconde guerre mondiale, et commence sa carrière comme ingénieur géomètre en Alsace. Trois ans plus tard, il entre dans la petite entreprise familiale qu’est alors Quillery. Il grimpe les différents échelons jusqu’en 1960, année au cours de laquelle il accepte de reprendre l’entreprise, à la demande de la famille du fondateur. « Un exploit, note Eiffage, car cette cession s’est faite moyennant le paiement d’une rente à vie, sans aucun apport personnel ».

 

Du Palais des Festivals de Cannes à la Pyramide du Louvre

 

Bernard Jouannaud entreprend alors de transformer l’entreprise régionale en un puissant groupe français de bâtiment, travaux publics et génie civil, employant plus de six mille salariés. « Il a vite gagné la confiance des donneurs d’ordres et le respect de ses confrères, note le major du BTP. Sur des projets de haute technicité, Quillery a été traitée sur un pied d’égalité avec les plus grandes entreprises françaises ».

Ses réalisations sont nombreuses et diversifiées. Parmi les plus prestigieuses, figurent les chantiers exécutés seuls ou en participation, comme le pont de Normandie, le Palais des Festivals de Cannes, les viaducs sur l’autoroute A 40 près de Nantua, la mairie de Créteil, des tronçons des métros de Marseille et de Lille, les infrastructures du Centre Pompidou et de la Pyramide du Louvre, ou un hôpital militaire en Algérie.

 

Le rapprochement avec SAE pour assurer l’avenir

 

 Avant de prendre sa retraite, Bernard Jouannaud a voulu assurer l’avenir de son entreprise. La solution est trouvée en 1986 avec SAE (dont l’union avec Fougerolle donnera naissance au groupe Eiffage en 1992) qui reprend l’activité de Quillery. « Cette synergie réussi a permis de belles réussites, culminant avec la construction et la gestion du viaduc de Millau, chef-d’œuvre technique et architectural », poursuit Eiffage, qui rend enfin hommage aux qualités humaines de Bernard Jouannaud, au-delà de ses qualités d’entrepreneur. « Il a été un grand patron, qui a dirigé l’entreprise en se basant sur sa propre expérience, son bon sens et sur une bonne connaissance du potentiel de ses collaborateurs. Ses décisions étaient pragmatiques, faciles à comprendre. Préoccupé par le maintien de la bonne image de l’entreprise, il était exigeant envers lui-même et envers les autres. Il était fier des succès de l’entreprise et modeste dans l’affichage médiatique. Il avait inculqué cette attitude à son équipe. Il avait un contact facile avec tous ses interlocuteurs, quels qu’ils soient : ouvriers, ingénieurs, banquiers ou même des hautes autorités de l’État. Toujours à l’écoute de ses collaborateurs, il connaissait par cœur les problèmes de chacun d’entre eux. Ainsi, discrètement et efficacement il venait en aide à ceux qui rencontraient des problèmes de santé ou des problèmes financiers et n’hésitait pas à donner un conseil amical ».

Parallèlement à son activité d’entrepreneur, Bernard Jouannaud s’est beaucoup engagé dans les instances dirigeantes de la profession. Président du Syndicat national du béton armé et des techniques industrielles, administrateur de la Fédération nationale du bâtiment, » il a joui de l’estime de ses pairs », conclut Eiffage, évoquant « l’émotion et la tristesse ressenties par la profession, ses collaborateurs, ses amis et sa famille ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X