Immobilier

Efficacité énergétique dans le tertiaire : Cécile Duflot et Philippe Martin saluent l’esprit des pionniers

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Efficacité énergétique - Gouvernement - Lieux de travail - Réglementation thermique et énergétique

La «charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés» a été officiellement signée le 31 octobre par les ministres du logement et de l’écologie et une trentaine d’engagés volontaires. Une charte qui pourrait préfigurer le fameux décret sur l’obligation de rénovation dans le tertiaire attendu pour 2014.

Cette fois, la dynamique est officiellement enclenchée. Ce 31 octobre au siège de la Banque postale à Paris s’est déroulée la signature de la «charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés». Pas moins de deux ministres avaient fait le déplacement : Cécile Duflot, ministre du Logement, et Philippe Martin, son homologue à l’Ecologie. «L’efficacité énergétique dans les locaux tertiaires est une des clés de voûte de la transition énergétique dans le bâtiment. Il est donc normal que nous soutenions cette démarche, a introduit Cécile Duflot. Je rappelle que le tertiaire, c’est un quart des surfaces bâties et un tiers des consommations !».

Dans un cérémonial orchestré par Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable, une trentaine de partenaires (voir la liste ci-dessous) se sont relayés derrière le parapheur. A quoi s’engagent-ils ? Globalement, à réduire la consommation énergétique de leurs parcs en entreprenant des travaux de rénovation et/ou sur les équipements techniques, en améliorant l’exploitation et en sensibilisant les utilisateurs. Surtout, chaque signataire fixe des objectifs chiffrés à atteindre et s’engage, à intervalles réguliers, à communiquer sur les résultats obtenus. «La transparence de la démarche est remarquable, a souligné Philippe Pelletier. Nous saurons ce que les signataires, propriétaires comme utilisateurs, ont mis en place, les coûts engendrés, les difficultés qu’ils ont rencontré, la valorisation de leurs actifs…» «C’est un bon état d’esprit qu’ont ces «pionniers», a salué Cécile Duflot. Ils ont compris que le champ d’économies est vaste et qu’ils pouvaient améliorer la valeur verte de leur patrimoine. Il faut souhaiter qu’ils provoqueront un effet d’entraînement sur les autres acteurs de l’immobilier».

De fait, plusieurs nouveaux signataires sont déjà sur les rangs parmi lesquels notamment l’Association des Régions de France (ARF) ou l’Assemblée des Communautés de France (AdCF). Par ailleurs, pour mobiliser les plus petits acteurs du tertiaire, le Plan Bâtiment Durable initiera rapidement un rapprochement avec les chambres de commerce et d’industrie et avec les chambres des métiers.

 

Décret en ligne de mire

 

Philippe Pelletier n’a pas manqué de rendre un hommage appuyé à Maurice Gauchot, «l’homme sans lequel nous ne serions pas là aujourd’hui et qui a su mettre sur la table des orientations consensuelles qui inspireront peut-être le futur décret». Ce fameux texte sur l’obligation de rénovation dans le tertiaire ne devrait pas rejoindre la grande famille des arlésiennes puisque les deux ministres présents ont réaffirmé sa promulgation en 2014. «Le projet de décret doit mûrir rapidement sans mésestimer les difficultés et les enjeux, a posé Cécile Duflot. D’abord il faut laisser s’exprimer le volontarisme des uns et des autres et après seulement passer à l’étape normative et réglementaire. En termes d’objectifs chiffrés, il faut trouver le bon dosage. Pas assez ambitieux, le texte serait trop facile à appliquer et possiblement sans effets. Trop ambitieux, il pourrait conduire à un constat d’échec». Philippe Martin qui entamera début 2014 le marathon de loi sur la transition énergétique s’est dit confiant, persuadé que «ce travail collaboratif initié par le Plan Bâtiment Durable place sous de bons auspices l’écriture du futur décret».

 

Enfin des perspectives positives

 

En marge des signataires officiels, la signature de cette charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés a été saluée par de nombreux acteurs qui y voient bien-sûr des promesses d’activité. Dans un communiqué commun, les organisations professionnelles ACR, CINOV Construction, Fedene, Syndicat de l’Eclairage et Syntec Ingénierie ont dit vouloir apporter leur soutien à «cette démarche qui ouvre enfin une perspective positive pour la rénovation de ces bâtiments dont le parc totalise 850 millions de m² (370 pour le secteur public et 480 pour le secteur privé) ».

Focus

Les premiers signataires de la charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés

AEW Europe

Allianz Real Estate France

Altarea Cogedim

Amundi Immobilier

Banque Populaire Lorraine-Champagne

BNP Paribas Cardif

BNP Paribas REIM France

BNP Paribas REIS France

Castorama

CSTB

Cofely Services (GDF Suez)

Crédit Agricole Immobilier

Dalkia France

EDF

Foncière des Régions

GDF-Suez

Gecina

La Française REM

Poste Immo

SCPI PFO2

Société de la Tour Eiffel

Unibail-Rodamco

Université Paris-Dauphine

Université de technologie de Belfort-Montbéliard

Avec le soutien de :

Association des directeurs immobiliers

Conseil national des centres commerciaux

Fédération des sociétés immobilières et foncières

Green Rating Alliance

Institut français pour la performance du bâtiment

Observatoire de l’immobilier durable

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X