Economie

Economie circulaire : Nicolas Hulot met les pieds dans le verre plat

Mots clés : Démarche environnementale - Gouvernement

Le ministre de la Transition écologique a exprimé mardi 27 juin son intention de favoriser l’économie circulaire, annonçant notamment le développement d’une filière de recyclage du verre plat.

En ouvrant les 3e Assises de l’économie circulaire, Nicolas Hulot a parlé d' »une trajectoire maintenant irréversible », celle de l’économie circulaire qui inclue le recyclage mais aussi l’éco-conception, l’économie du partage et de la fonctionnalité, l’allongement de la durée d’usage, la consommation responsable… « Je ferai tout pour libérer la capacité d’innovation, que je vois fleurir un peu partout, faciliter les expérimentations, identifier ce qui fonctionne et le généraliser », a lancé le ministre de la Transition écologique.

Il a annoncé la signature « dans les prochains jours », avec le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, d’un « engagement pour contribuer à créer une véritable filière de recyclage du verre plat » . L’idée étant de pouvoir recycler 40 à 50% de ce verre (qui constitue les fenêtres et vitres), contre 5% actuellement. Ce projet a fait l’objet de concertations entre l’Etat et professionnels. « L’État s’engage à sensibiliser au tri et à favoriser l’intégration de clauses spécifiques dans les marchés publics », a précisé Nicolas Hulot.

Les participants à la constitution de cet ECV qui comprend des engagements des syndicats professionnels et des engagements du gouvernement sont les suivants :

Pour le ministère de la Transition écologique : un groupe de fonctionnaires menés par Stéphane Hocquet,

Pour Federec Verre et Federec BTP : Jacques Rolland et Mathieu Szostak

Pour la FFPV, représentant également le Pôle Fenêtres de la FFB : Benoit Leclercq et Ludivine Menez (UFME)

Pour le Syndicat National des Entreprises de démolition : Coline Raillon

Pour le syndicat des recycleurs du BTP : François Przybylko et Nolwenn Comte

 

 

Le ministère compte aussi reprendre le dossier du recyclage des textiles, réfléchit à prolonger après 2017 l’expérience des « territoires zéro déchet » (30 millions d’habitants concernés), contribuera à une opération de « diagnostic déchets-énergie » menée auprès de PME. Les Investissements d’avenir – pour accélérer l’éco-conception des produits – et la fiscalité devront participer au mouvement, a ajouté le ministre. « Longtemps, nous avons cru que l’abondance était la norme. On découvre que la norme, c’est la rareté », a dit Nicolas Hulot, pour qui « l’humanité devrait passer d’une économie de cowboys à une économie de cosmonautes » conscients de la limite des ressources. Sinon « l’étape d’après, c’est la pénurie et là, ce sera difficile », a-t-il mis en garde.

L’économie circulaire représente déjà 545.000 emplois en France, dont 275.000 pour la réparation, a-t-il lancé aux élus, professionnels, experts, réunis pour ces Assises organisées par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X