Matériaux et équipements

E+C- : « Le polyuréthane n’a pas à rougir », clame le SNPU

Mots clés : Produits et matériaux

Selon une étude réalisée par le SNPU, syndicat national du polyuréthane, les isolants en panneau de polyuréthane répondent aux exigences du futur référentiel E+C- et présentent le même niveau carbone que la laine de roche, la laine de verre ou le polystyrène expansé.

« Nous n’avons pas à rougir de notre matériau », scande à plusieurs reprises Yannick Gaillard, président de la commission sécurité, hygiène et environnement au SNPU. Les résultats d’une étude permettant de quantifier les impacts environnementaux et économiques du polyuréthane et le positionnement des solutions d’isolation en panneau de polyuréthane dans le cadre du référentiel E+C-* sont plutôt bons.

Lancée par le syndicat et réalisée par le cabinet Bastide Bontoux, cette étude a été effectuée sur du collectif, du tertiaire et de la maison individuelle sur plusieurs zones climatiques. « Nous avons testé des bâtiments conformes à la RT 2012 et nous les avons fait évoluer en Bepos 3 », poursuit l’ingénieur. Résultat : il s’est avéré que la majorité des bâtiments répondaient au niveau Energie 2 (et à minima Energie 1) pour la partie énergie et Carbone 1 pour le niveau de CO2.

 

 

L’étude a également montré qu’il était possible de faire évoluer ces bâtiments afin qu’ils répondent au niveau Bepos 3 moyennant quelques adaptations : augmentation des épaisseurs d’isolants (+30 à +100% d’épaisseur), amélioration thermique du bâti (briques à la place de parpaings), intégration de panneaux photovoltaïques, optimisation des ouvrants et de l’étanchéité à l’air… « L’impact carbone lié à la consommation d’énergie diminue tandis que celui du bâti augmente d’autant plus que l’épaisseur supérieur de l’isolant réduit les m2 de surface de plancher », souligne Yannick Gaillard.

 

Même niveau carbone que les autres isolants

 

« A performance thermique égale, le polyuréthanne n’apporte pas un surplus de carbone par rapport autres isolants courants (laine de verre, laine de roche…), comme certains auraient pu le croire. Ils se situent même au même niveau. En effet, le polyuréthane en panneau, à résistance thermique égale est jusqu’à deux fois moins épais qu’un isolant traditionnel. Nécessitant peu de matière pour une performance thermique élevée, sa part de carbone dans le bâti est réduite tout en offrant un gain de surface habitable », analyse Bastide Bontoux.

Reste que la comparaison porte sur la laine de verre, la laine de roche, le polyuréthane projeté, PSE et la ouate de cellulose (à partir des FDES présentes dans la base Inies ou sur les sites des fabricants). Sont donc absents les isolants biosourcés type fibres de bois, paille… « L’important était surtout de démontrer que nous étions comparables aux autres isolants habituels, Le polyuréthane offre des avantages. Nous n’avons pas à en rougir », conclut-il.

Reste évidemment à être en mesure de pouvoir s’en procurer

 

*label crée en 2016 et en cours d’expérimentation permettant de préparer la future réglementation thermique et environnementale de la construction neuve.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    what else ?

    Quid de l’impact du prélèvement des ressources? Quid de l’impact environnemental du MDI ? Quid de la toxicité des fumees ? Quid du recyclage du P.U. ? … P.U. recyclé devient-il un sous-produit non recyclable ? Est-ce accidentel de ne pas avoir cité la perlite, l’XPS et le verre cellulaire ?
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X