Industrie/Négoce

« Duravit est souvent perçue comme une marque haut de gamme, jugée parfois un peu inaccessible », Thomas Braig, directeur général de Duravit France

Mots clés : Produits et matériaux

Avec une croissance annuelle à deux chiffres, le groupe Duravit, référence mondiale de la céramique sanitaire, a de quoi s’enorgueillir : au global, son chiffre d’affaires net a progressé de 10,7% en 2015 à 432,3 M€. Dans ce contexte, la France reste toutefois le mauvais élève du tableau. Son nouveau directeur général, Thomas Braig , qui a pris les rênes de l’activité hexagonale de Duravit en janvier 2016, veut inverser la tendance de la courbe d’ici la fin de l’année.

Quel bilan tirez-vous de l’année 2015 pour Duravit en France ?

Thomas Braig : Si nous avons enregistré d’excellents résultats à l’exportation dans un certain nombre de pays – tels qu’aux Etats-Unis où nous avons ouvert un nouveau magasin logistique à Los Angeles, au Royaume Uni, en Chine, dans les pays du Maghreb – la France n’a pas été à la hauteur de nos espérances. Nos produits céramiques ont plutôt bien résisté, en particulier nos gammes signées Philippe Starck telles que « ME by Starck » et « Cape Cod », lancées à l’occasion du salon ISH en 2015. En revanche, l’activité de meubles de salles de bains a été clairement sous pression. Au final, nous nous situons dans la moyenne du marché français*....

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X