Industrie/Négoce

« Duravit est souvent perçue comme une marque haut de gamme, jugée parfois un peu inaccessible », Thomas Braig, directeur général de Duravit France

Mots clés : Produits et matériaux

Avec une croissance annuelle à deux chiffres, le groupe Duravit, référence mondiale de la céramique sanitaire, a de quoi s’enorgueillir : au global, son chiffre d’affaires net a progressé de 10,7% en 2015 à 432,3 M€. Dans ce contexte, la France reste toutefois le mauvais élève du tableau. Son nouveau directeur général, Thomas Braig , qui a pris les rênes de l’activité hexagonale de Duravit en janvier 2016, veut inverser la tendance de la courbe d’ici la fin de l’année.

Quel bilan tirez-vous de l’année 2015 pour Duravit en France ?

Thomas Braig : Si nous avons enregistré d’excellents résultats à l’exportation dans un certain nombre de pays – tels qu’aux Etats-Unis où nous avons ouvert un nouveau magasin logistique à Los Angeles, au Royaume Uni, en Chine, dans les pays du Maghreb – la France n’a pas été à la hauteur de nos espérances. Nos produits céramiques ont plutôt bien résisté, en particulier nos gammes signées Philippe Starck telles que « ME by Starck » et « Cape Cod », lancées à l’occasion du salon ISH en 2015. En revanche, l’activité de meubles de salles de bains a été clairement sous pression. Au final, nous nous situons dans la moyenne du marché français*....

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X