Etat et collectivités

Duel pour la présidence de l’Union sociale pour l’habitat

Après 10 ans de présidence du mouvement HLM, Michel Delebarre, député-maire PS de Dunkerque (Nord) et ancien ministre du Logement passe la main. Alors que le choix du nouveau président se fait d’ordinaire par consensus, cette année, deux candidats aux idées proches s’affrontent, Marie-Noëlle Lienemann et Thierry Repentin.

Réunis en assemblée générale mercredi 10 décembre, la soixantaine de dirigeants des cinq familles du mouvement HLM – ESH (Entreprises sociales pour l’habitat), Fédération des Offices publics d’habitat, Fédération des coopératives HLM, Fédération des associations régionales d’organismes HLM et Chambre syndicale du Crédit immobilier – devront départager les deux candidats dans une élection qui s’annonce serrée.

Ancienne ministre, Marie-Noëlle Lienemann, 57 ans, est présidente de la Fédération des Coopératives HLM depuis 2003. Elle est également députée européenne et vice-présidente PS de la région Nord-Pas-de-Calais depuis mars 2004.
Elle était entrée en 2001 au gouvernement de Lionel Jospin, comme secrétaire d’Etat chargée du Logement (2001-2002), fonction qu’elle a également occupée dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy avec le titre de ministre délégué au Logement et au Cadre de vie (1992-1993).
« Il ne faut pas cantonner les HLM dans le logement des plus pauvres mais leur permettre par un financement suffisant d’assurer une mixité sociale en leur sein », plaide Mme Lienemann qui serait, si elle était élue, la première femme à accéder à ce poste.

De son côté, Thierry Repentin, 45 ans, est un proche de Louis Besson dont il a été son conseiller technique, de 1997 à 2001, au ministère du Logement. Membre du conseil fédéral de la Fédération des Offices publics de l’habitat, est administrateur de l’Office public de l’habitat de la Savoie. Egalement sénateur PS de la Savoie, il est le rapporteur du budget du logement au sein de la Haute Assemblée.

Pour lui, « le seul véritable problème de fond est la construction quantitative de logements ». En 2007, les 820 organismes HLM n’ont pu offrir que 71.000 logements supplémentaires alors que 1,2 million de ménages (dont 550.000 sont déjà locataires mais souhaitent déménager) patientent sur les listes d’attente.

Cet affrontement entre deux candidats, tout deux fins connaisseurs des problèmes du logement, est singulier dans l’histoire du mouvement HLM qui choisi d’ordinaire ses représentants par consensus. Mais plus que jamais, le logement social est au cœur des débats. Le mouvement HLM, qui gère 4,2 millions de logements locatifs dans lesquels habitent un peu plus de 10 millions de personnes, se plaint d’un désengagement budgétaire de l’Etat. Même si le plan de relance de l’économie, annoncé jeudi dernier par Nicolas Sarkozy, prévoit la construction ou l’acquisition par les bailleurs sociaux de 100.000 logements sociaux et intermédiaires supplémentaires au cours des deux prochaines années.

Jean-Philippe Defawe (avec AFP)

Focus

Repères


Le parc des HLM en France compte 4,2 millions de logements, dont le quart construit après 1985, et accueille un peu plus de 10 millions d’habitants, selon l’Union sociale pour l’Habitat (USH) qui regroupe les organismes HLM.
Voici quelques autres chiffres clés :
– 1,2 million de demandes de logement sont en attente (dont 550.000 émanent de personnes déjà locataires).
– 450.000 familles sont accueillies chaque année, soit dans des logements neufs, soit dans des logements libérés par leurs occupants.
– un logement sur quatre est attribué à des ménages dont les revenus sont inférieurs à 20% au plafond de ressources exigé, 66% des ménages logés en HLM ont des revenus inférieurs à 60% des plafonds, 13% bénéficient de minima sociaux.
– 16% des ménages sont des familles monoparentales (contre 7% dans l’ensemble du pays), 11% sont de nationalité étrangère (contre 5,8% pour l’ensemble de la population vivant en France).
– 87% des logements sociaux sont collectifs et 500.000 individuels.
– 5.000 logements HLM ont été vendus à leurs locataires en 2007, chiffre qui pourrait augmenter après l’accord signé avec l’Etat pour la vente, à terme, de 40.000 logements HLM par an, souhaitée par le président Sarkozy.
– 90.000 logements ont été réhabilités en 2007.
– 3,3% de logements sont vacants avec de fortes disparités régionales.
– 10 logements par programme en moyenne sont désormais prévus dans les constructions les plus récentes contre 27 logements par programme en moyenne dans le parc existant.
– 2 fois moins élevés: les loyers par rapport au privé.
– 1% des loyers: les pertes dues aux impayés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X