Projets

Dominique Perrault missionné pour l’île de la Cité, à Paris

L’architecte doit formuler, avec le Centre des monuments nationaux, des propositions pour repenser le cœur patrimonial de la capitale.

Quelle stratégie pour l’île de la Cité, à Paris, en 2040 ? Réponse en septembre 2016, lorsque l’architecte Dominique Perrault et le président du Centre des monuments nationaux, Philippe Bélaval, remettront le rapport qui leur a été demandé par François Hollande. Le président de la République, sur proposition de la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, et en accord avec la mairie de Paris, leur a confié une « mission d’étude et d’orientation » sur l’avenir de cette « île-monument » au cœur de la capitale.

Un communiqué de la rue de Valois précise qu’il s’agit de « penser l’île dans sa globalité, comme un quartier vivant et ouvert, tourné vers les deux rives de la Seine, conciliant activité économique, accueil amélioré des touristes et mise en valeur d’un patrimoine sans égal ». La Cité compte parmi ses joyaux architecturaux : la cathédrale Notre-Dame, la Sainte-Chapelle et la Conciergerie.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Curieux, en effet...

    …à moins que le destin de l’Ile de la Cité ne ressemble à celui de la Poste du Louvre, et qu’à terme l’Hôtel Dieu, le Tribunal de Grande Instance ou d’autres bâtiments de l’île ne soient transformés en drugstores et en hôtels de luxe… L’Ile de la Cité a été vidée de sa substance urbaine sous Haussmann qui a détruit la moitié de l’île et le cœur de la ville. Cette déshérence très palpable aujourd’hui risque d’en faire la proie de projets immobiliers qui prétendent y insuffler une nouvelle vie. Pourtant c’est un travail d’ « archéologie » et d’histoire de la ville qu’il faut entreprendre pour corriger les destructions passées, comme par exemple redonner au parvis de la cathédrale une taille beaucoup plus modeste. Comme le disait il y a peu Bernardo Secchi, méfions des architectes qui n’ont pas de culture urbaine. Pourquoi ne pas avoir choisi un amoureux de la ville, un connaisseur de Paris?
    Signaler un abus
  • - Le

    Murs médiévaux ou transparence?

    le choix est bien curieux! celui de Dominique Perrault pour redéfinir un site patrimonial… Apôtre de la modernité transparente, comment interviendra-t-il sur la conciergerie, les abords d’une cathédrale emblématique, les squares romantiques, les fronts bâtis, sans renier sa cohérence d’œuvre? L’abstraction de composition moderniste et la dématérialisation désincarnée a-t-elle sa place dans cette harmonie des matières pleines scandées de verticales couronnées de flèches, soulignées horizontalement de quai de pierre, de bandeaux délicats, d’attiques majestueux… Saura-t-il être modeste?
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X