Entreprises de BTP

Deux ans ferme pour Didier Schuller dans l’affaire des HLM des Hauts-de-Seine

L’ancien directeur général de l’office HLM du département (OPDHLM 92), a été condamné mardi à cinq ans d’emprisonnement, dont trois avec sursis par le tribunal correctionnel de Créteil, tandis que le député-maire de Levallois-Perret Patrick Balkany a été relaxé.

Didier Schuller, 58 ans, qui était poursuivi pour trafic d’influence et recel d’abus de biens sociaux, a également été condamné à 150.000 euros d’amende et à la privation de ses droits civiques pendant cinq ans. Il a déclaré à la sortie de l’audience qu’il allait faire appel.
L’ancien aspirant à la mairie de Clichy (Hauts-de-Seine) a été reconnu coupable d’avoir fait financer illégalement par des entreprises, entre 1988 et 1995, son activité politique dans cette ville, contre l’attribution de marchés de l’office HLM du département (OPDHLM 92), dont il était alors le directeur général.
Le parquet avait requis à son encontre quatre ans de prison, dont un ferme, une amende de 130.000 euros et une peine de privation des droits civiques « d’au moins deux ans ».

Quant à son ancien allié politique, Patrick Balkany, âgé de 57 ans, le tribunal a suivi la demande de relaxe du parquet. Le député-maire de Levallois s’est déclaré « soulagé » de ce jugement.
M. Balkany était soupçonné d’avoir « conseillé » à l’ancienne compagne de Didier Schuller, Christel Delaval, de faire financer par des entreprises « amies » l’activité de son cabinet-conseil. Cette dernière, poursuivie pour complicité de trafic d’influence et complicité d’abus de biens sociaux, a été condamnée pour sa part à trois ans d’emprisonnement avec sursis et 60.000 euros d’amende.

Jean-Paul Schimpf, collecteur de fonds présumé de Schuller, a lui été condamné à trois ans de prison dont 30 mois avec sursis et 100.000 euros d’amende.
Le tribunal correctionnel a relaxé deux des six autres prévenus, des chefs d’entreprises, et a en revanche condamné les quatre autres à des peines de prison avec sursis allant de quatre mois à deux ans et demi, parfois accompagnées d’amende.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X