Droit de la construction Construction

Désordre décennal : l’expert judiciaire doit répondre de ses fautes

En cas de désordres sur un ouvrage constatés par un expert judiciaire qui prescrit des travaux de reprise inadaptés, sa responsabilité civile ainsi que celle de l’entreprise, qui n’a fait que suivre les préconisations du sachant, peuvent être retenues.

Suite à l’apparition de désordres sur une piscine, une expertise judiciaire conclue à une erreur de conception, et préconise de remplacer des éléments.

Des désordres réapparaissent et le premier expert judiciaire est à nouveau nommé pour déterminer les travaux de reprise nécessaires, évaluer leur coût et surveiller leur réalisation. Les travaux préconisés par l’expert dans son rapport final sont, en revanche, réalisés par une autre entreprise.

Une...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X