Vie de l'entreprise

Désamiantage : le ministère du Travail prône les tenues étanches ventilées

Mots clés : Bâtiment et santé - Gouvernement - Travail

Dans une instruction récemment publiée, le ministère du Travail fait le point sur les moyens de protection individuelle et collective sur les chantiers de désamiantage. Et préconise notamment une utilisation élargie des tenues étanches ventilées.

Depuis le 2 juillet dernier, la valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) à l’amiante a été divisée par 10, passant de 100 fibres/litre à 10 f/L. Cette diminution oblige les entreprises de désamiantage à davantage protéger leurs salariés. C’est pourquoi le ministère du Travail vient de publier une instruction dans laquelle il fait le point sur les moyens de protection individuelle et collective utilisés par les entreprises.

La principale information contenue dans ce document concerne les tenues étanches ventilées. Le ministère du Travail estime qu’elles ne sont pas assez utilisées. « Avec l’abaissement de la VLEP à 10 f/L, la tenue étanche ventilée sera incontournable pour certaines opérations de désamiantage relevant du niveau 3 d’empoussièrement et trouvera toute son utilité pour les chantiers de désamiantage en milieu nucléaire », dit le texte. Pour mémoire, le niveau 3 d’empoussièrement est le plus élevé (de 6 000 à 25 000 f/L). Il pourrait être abaissé prochainement, une fois que le travail de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) sur les performances des masques respiratoires sera achevé. Le ministère du Travail indique même, dans son instruction, les six tenues étanches ventilées sélectionnées par la Direction générale du travail, certifiées par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Les tenues étanches ventilées sont effectivement peu utilisées sur les chantiers de désamiantage. Elles sont chères et à usage unique. Ce qui fait dire à un désamianteur expérimenté que les propositions du ministère du Travail sont « un peu extrêmes ». « Alors que le gouvernement vient de lancer un plan de recherche/développement sur l’amiante, dont l’un des objectifs est de diminuer le coût du désamiantage, voilà que l’on nous préconise l’utilisation d’EPI très cher », explique-t-il.

Focus

Retrait de plâtres et enduits amiantés : le ministère alerte les désamianteurs

Il y a quelques mois, un passage d’un rapport de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) concernant l’amiante a fuité : il pointait l’empoussièrement important en fibres fines d’amiante constaté sur les opérations de retrait de plâtres amiantés. En réponse à cette information, l’instruction du ministère du Travail invite les désamianteurs à suivre une série de préconisations pour protéger leurs salariés (cliquez ici pour accéder au document).

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X