Profession

Des vœux 2016 en fanfare pour l’Ordre des architectes

Mots clés : Architecte

Précédée d’une sérénade jouée par un quatuor de cuivres, Catherine Jacquot, présidente du Conseil national de l’Ordre des architectes (Cnoa) a formulé des vœux combatifs pour l’année qui s’ouvre…

Jouez tubas, résonnez trompettes! C’est au son velouté d’un quatuor de fanfare – trompette, cornet, tuba et trombone à coulisse, donc – que Catherine Jacquot prenait place hier soir au 47e étage de la tour Montparnasse (Paris XIVe), siège du Cnoa, pour le traditionnel prononcé des vœux à la profession. Au terme d’une année «difficile», marquée par la crise économique et la violence des attentats, Catherine Jacquot a souligné combien «agir pour l’architecture, expression de la culture, est une manière de résister». Sur fond de «menace climatique», et de loi de transition énergétique «l’injonction d’évoluer» est adressée à toute la profession. Dans cette «nouvelle ère économique, écologique et numérique qui ne sera pas nécessairement moins féroce que celle de l’ère industrielle», les architectes ont la responsabilité que leur confère la transversalité de leurs missions et doivent faire évoluer leur profession. Comment?  «Avec des agences regroupant davantage de compétences et donnant une nouvelle définition de l’indépendance de l’architecte», tout en préservant «l’intime conception, la créativité de l’architecte, par une protection et une meilleure reconnaissance de la profession», une profession «insérée dans un contexte économique  et mondialisé radicalement différent de celui que nous avons connu il y a 30 ou 40 ans».

 

Aller plus loin

 

Catherine Jacquot a salué la Stratégie nationale pour l’architecture (SNA) issue, notamment, du rapport sur la création architecturale de Patrick Bloche, unanimement applaudi par la profession. Elle a évoqué aussi la loi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (CAP) qui, 38 ans après la loi de 1977 «représente une avancée significative pour que la qualité architecturale dans les constructions du quotidien s’accroisse». Une loi «qui étend le champ d’intervention de l’architecte dans l’acte de bâtir là où il est grandement nécessaire d’intervenir : dans les périphéries des villes et des bourgs, dans la construction des maisons individuelles […] et diminue la césure préjudiciable entre patrimoine et architecture contemporaine». Si cette loi inscrit dans le marbre le concours d’architecture, Catherine Jacquot compte «aller plus loin» en seconde lecture, avec l’objectif de renforcer la place de l’architecture dans la construction, en marchés publics et privés. Une des propositions du Cnoa est ainsi «de permettre aux autorités décentralisées, si elles en ont la volonté, d’inscrire dans les documents d’urbanisme (PLUI) une intervention élargie de l’architecte. Sur certains  territoires, serait instauré un permis  déclaratif ou un seuil d’intervention de l’architecte inférieur aux seuils nationaux».

 

Plus nombreux, plus forts

 

Parmi les annonces faites par la présidente, la mise en place d’un «Observatoire de la profession». Piloté avec le ministère de la Culture, ce «système d’observation suivi de la commande d’architecture, publique et privée» doit permettre de « dégager les tendances de l’évolution de la profession. » Il faut ensuite « rompre l’isolement » dont souffre la profession en «construisant des alliances avec tous les acteurs du cadre bâti» afin de «démocratiser l’architecture». L’Ordre, de son côté, doit s’ouvrir plus largement en accueillant les architectes de la fonction publique et territoriale, les architectes-urbanistes de l’Etat (AUE) et les architectes des bâtiments de France (ABF), des CAUE, etc. «Car c’est avec eux que s’exerce pleinement notre délégation de service public» a souligné Catherine Jacquot qui rêve d’une institution qui, «comme en Allemagne» regrouperait plusieurs collèges (paysagistes, architectes d’intérieur, urbanistes «s’ils le souhaitent», etc.). «Ensemble, plus nombreux, nous serions plus forts!» Pas faux…

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X