Chantiers

Des tunnels souterrains pour drainer les eaux pluviales

Mots clés : Eau de pluie - Ouvrage d'art - Réseau routier - Stationnement

Commercialisée en France depuis janvier dernier par l’entreprise Birco, la solution StormTech, conçue par le groupe américain ADS (Advanced Drainage Systems), consiste à récupérer, drainer, tamponner et infiltrer les eaux pluviales, sous les routes et les parkings, à l’aide de chambres souterraines voûtées.

Son concepteur, le groupe américain ADS (Advanced Drainage Systems), revendique « 18 000 chantiers » à travers le monde. Le système de drainage StormTech a, depuis janvier dernier, pénétré le marché français. Commercialisé par Birco France, ce système permet de récupérer, drainer, tamponner et infiltrer les eaux pluviales au droit des surfaces imperméables, que sont les routes et les parkings, ou perméables, comme les espaces verts. « Ce système se présente sous la forme de chambres souterraines voûtées, de 2 300 mm de longueur unitaire, s’emboîtant les unes dans les autres pour former un ensemble de tunnels souterrains. Leur constitution, en plastique extrudé (polyéthylène haute densité et polypropylène), leur permet de supporter de lourdes charges tout en conférant un volume de stockage important, de 0,9 à 4,6 m3 l’unité, selon le modèle (SC-310, SC-740, SC-780, SC-3500 et SC-4500) », indique Olivier Kuhlmann, directeur général de Birco France.

Après s’être écoulées en surface, les eaux de pluie cheminent jusqu’au premier tunnel, en tête du système de drainage. Elément « stratégique » de la solution StormTech, ce tunnel d’isolation, équipé d’un système de filtration, retient les matières en suspension (MES) ainsi que les substances polluantes charriées par les eaux pluviales, jouant ainsi un rôle central dans la dépollution des eaux collectées. Selon Birco France, ce dispositif permet de retenir « au moins 80% des MES, 90% des hydrocarbures, 49% du phosphore et 53% du zinc. » « Les sédiments et les polluants ainsi récupérés peuvent être facilement aspirés via un regard de maintenance prévu à cet effet », précise Olivier Kuhlmann.

 

500 m3 mis en oeuvre dans le Val d’Oise

 

En phase chantier, un géosynthétique recouvert d’une couche de graviers doit être mis en œuvre avant la pose des tunnels. « Selon la fonction que l’on souhaite donner au système StormTech, on choisira de poser une géomembrane étanche – l’eau sera alors retenue, comme dans un bassin d’orage fermé – ou un géotextile perméable – l’eau pourra s’infiltrer dans le sol, jusqu’à la nappe phréatique », explique le dirigeant. De même, la structure de la plateforme dans laquelle est mis en œuvre le dispositif de drainage est configurée en fonction des contraintes imposés au système en surface (trafic, poids des véhicules, etc.) et de la géologie du sol sous-jacent. « Les tunnels peuvent être configurés selon le contexte, au cas par cas. Nous avons une équipe dédiée pour réaliser ces études », tient à faire savoir Olivier Kuhlmann.

Sur les 18 000 chantiers annoncés par ADS, un certain nombre ont été réalisé en Europe, et en France. Dans le Val d’Oise, des MC-3500 (de 1 140 mm de haut pour 1 955 mm de large) ont été mis en œuvre sous un parking pour créer, au total, un réservoir souterrain de 500 m3 (voir photo). D’autres projets sont actuellement à l’étude dans l’Hexagone : en Bretagne notamment, dans le cadre de la construction d’un nouveau parking et d’un lotissement. Le système StormTech est certifié CSTB en France, DIBt en Allemagne et BBA au Royaume-Uni.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X