Immobilier

Des taux de crédit toujours plus bas confirment l’embellie du marché de l’immobilier

Mots clés : Gestion et opérations immobilières - Marché de l'immobilier

Le nombre de crédits immobiliers accordés par les banques a bondi de 28,3% en avril 2015 par rapport à avril 2014. A un taux moyen de 2,26 % pour un emprunt sur 20 ans, un plus bas historique. Conséquence : le marché de l’immobilier neuf comme ancien redémarre.

Les signes de reprise du marché immobilier se multiplient. Dernier indicateur en date la demande de crédit : elle s’envole en avril 2015. +28,3% par rapport au même mois de l’année précédente. Et pour cause : on ne cesse de toucher des plus bas historiques au niveau des taux. 2,26% en moyenne pour un prêt sur 20 ans en avril !

Conséquence, de plus en plus de Français envisagent à nouveau de devenir propriétaires. Surtout, « la baisse des taux intervenue depuis fin 2013, équivaut à un recul des prix de 9,5% en moyenne, tant sur le marché du neuf que sur celui de l’ancien », constatait mardi 5 mai l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Des ménages plus jeunes et aux revenus plus modestes se retrouvent donc solvabilisés. Et ce malgré un apport personnel qui a continué à fondre au premier trimestre (-12,2% entre janvier et avril sur un an), les obligeant à emprunter davantage et plus longtemps (212 mois en moyenne au 1er trimestre 205, c’est 8 mois de plus qu’au printemps 2014).

 

Optimisme

 

Cette embellie trouve un écho chez les professionnels de l’immobilier sondés pour une enquête Crédit Foncier/CSA 1. Celle-ci montre que plus d’un professionnel sur deux (56%) se dit « plutôt optimiste » quant à l’avenir du marché du logement en France dans les 12 mois à venir. Quatre mois plus tôt, seuls 35% se disaient optimistes tandis que 64% étaient encore pessimistes (40 % cette année). Ce sentiment d’optimisme « est essentiellement nourri par la baisse historique des taux d’intérêt, facteur cité par 87% des professionnels », note l’étude.

Le 27 avril dernier, l’Insee indiquait pour sa part  dans sa note de conjoncture qu’en avril, « les promoteurs immobiliers sont beaucoup moins nombreux qu’en janvier à indiquer une baisse de la demande de logements neufs ». Et d’ajouter : « les perspectives de mises en chantier de logements pour les trois prochains mois […] s’améliorent notamment nettement pour les logements destinés à la vente. » Autre bonne nouvelle pour la profession : « les promoteurs sont nettement plus nombreux qu’en janvier à signaler une baisse de leur stock de logements invendus », signalait l’Insee.

 

 

1 Ce sondage a été réalisé du 23 mars au 2 avril, par téléphone, auprès de 400 professionnels de l’immobilier (agents immobiliers, lotisseurs, promoteurs, constructeurs de maisons individuelles, gestionnaires de patrimoine).

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X