Immobilier

Des solutions pour réduire le coût des bureaux vides

A l’occasion du Mipim, qui se tient du 15 au 18 mars à Cannes, les grands propriétaires se pencheront probablement sur leur parc tertiaire vacant. Ils peuvent limiter le coût des espaces vides en confiant leur gestion pendant une durée déterminée à des entreprises ou des associations, tous spécialistes de la gestion de bâtiments vacants par occupation temporaire.

Le marché du bureau fonctionne comme une centrifugeuse : les actifs restructurés ou neufs déclassent les immeubles jugés moins attractifs par les usagers, qui finissent par sortir définitivement du marché. Les propriétaires des immeubles tertiaires doivent alors supporter « le poids du vide », selon l’expression de Dominique Dudan, présidente de l’Observatoire régional de l’immobilier d’entreprise en Ile-de-France (ORIE). « Garder un immeuble vide coûte cher : pour une tour, il faut compter 100 euros de charges annuelles (frais de gardiennage, charges énergétiques, taxes locales…, ndlr) par mètre carré », estime-t-elle.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X