Entreprises de BTP

Des maisons bioclimatiques au profit de l’Association Française contre les Myopathies

La Fédération française du bâtiment a remis jeudi 26 avril à l’AMF les clés des quatre maisons bioclimatiques du « Village répit familles »- La Salamandre près d’Angers.

En lisière d’une forêt du Maine et Loire, près d’Angers, un petit village d’un genre particulier est en train de voir le jour. Baptisé La Salamandre, ce « Village Répit famille » est un concept lancé par l’Association française contre les myopathies (AFM). « Il permet aux personnes en situation de très forte dépendance et à leur entourage de souffler à proximité immédiate d’un environnement médical et paramédical, explique Christian Cottet le président de l’AFM. Ces derniers peuvent soutenir les aidants familiaux pendant leur séjour ».

 

Un défi technique

Il existe déjà quatre logements, près du pôle de santé « Yolaine de Kepper » pour les myopathes. Mais l’offre ne suffisait plus à répondre à la demande. Alors la Fédération française du bâtiment (FFB) a proposé de financer, à hauteur de 600 000 euros, dans le cadre du 25ème anniversaire du Téléthon, quatre logements supplémentaires. C’est alors un défi technique et juridique qui s’est présenté. « Quand on m’a contacté, le permis de construire n’était même pas déposé, explique Jean-Philippe Bérard, maçon et président de la FFB Pays-de-la-Loire. Alors j’ai fait marcher mon réseau, et lorsqu’habituellement il faut quatre mois pour l’obtenir, la mairie l’a accordé en quatre jours. Ensuite nous nous sommes tous démenés et quatre mois plus tard, les bâtiments sont quasiment achevés. »

 

 

Utilité sociale

Sur ce projet à haute valeur sociale tout le monde a travaillé de concert. Certains ont même sacrifié leurs congés pour être dans les délais, la date butoir étant le jour du lancement du Téléthon. «Il fallait faire très vite, confirme Régis Rousseau charpentier/menuisier et président de la FFB Mayenne. Etant donné que ce sont des maisons ossature bois, nous avons réalisé l’enveloppe en atelier pour gagner du temps. »Mais François Baudon, l’architecte de ce chantier atypique, retient surtout la convivialité et l’ambiance chaleureuse qu’il a ressenti. « Les résidents viennent voir les ouvriers qui sont d’autant plus motivés, raconte-t-il. Chacun a l’impression de faire une bonne action. » Impression confirmée par les intéressés. « Nous avons accueillis l’initiative de la FFB avec beaucoup de bonheur », s’enthousiasme Christian Cottet, le président de l’AFM.

 

Mettre la maladie entre parenthèses

L’accompagnement réalisé par les familles est très lourd. Si les maladies concernées sont incurables, les malades ont gagné en espérance de vie. Et cela entraîne une accentuation du handicap. « On se retrouve face à des situations d’épuisement et de rupture de la part des familles, constate Christian Cottet. Alors ces « Village Répit Famille », sont l’occasion de mettre la maladie entre parenthèses tout en étant rassuré par la présence du personnel soignant. Tout le monde est satisfait. »

La livraison des bâtiments n’est peut-être qu’une étape de l’aventure. « A terme, l’objectif est de réaliser un mini Center parc avec une quinzaine de logements et un centre de balnéothérapie, explique François Baudon, l’architecte. Reste à trouver les financements. » Car ce n’est pas l’envie qui manque aux acteurs du projet. «Ce sont des challenges passionnants, conclut Régis Rousseau. Si c’était à refaire, nous n’hésiterions pas une seconde ».

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X