Chantiers

Des logements sociaux neufs en pierre massive

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Conservation du patrimoine - Logement social - Produits et matériaux

Dans le cadre d’un projet de renouvellement urbain à Verdun, trois îlots de logements collectifs construits avec des blocs de pierre massive naturelle ont été livrés en août 2014. En charge du gros oeuvre, la Scop SNBR, spécialisée dans le travail de la pierre et la restauration du patrimoine.

Philippe Baubrit, le directeur de la Scop SNBR, labellisée Entreprise du patrimoine vivant (EPV), se souvient : « je cherchais à me diversifier dans le neuf, et l’exploitant de la carrière de Noyant, dans l’Aisne, m’a mis en contact avec l’architecte Pascal Delrue ». Ce dernier étudiait alors la possibilité d’utiliser la pierre pour une opération de l’Office public de l’habitat (OPH) de la Meuse. Objectif : construire un ensemble de douze logements locatifs intermédiaires en îlots horizontaux dans le cadre de la rénovation urbaine du quartier des Planchettes à Verdun (55).

 

Façades en pierre massive de 30 cm

 

Les douze logements sont répartis en trois bâtiments de deux niveaux chacun ( R+1). Les façades des bâtiments ont ont été réalisées en pierre jusqu’à l’allège des fenêtres de l’étage. Deux types de pierre ont été utilisées, du travertin provenant d’Arménie et du calcaire extrait de la carrière de Noyant. En tout, trois rangs d’éléments composent les façades : un soubassement en travertin puis deux assises de calcaire. Ces murs porteurs présentent une épaisseur de 30 cm en rez-de-chaussée et de 20 cm à l’étage. Couronnés par un bandeau en travertin de 21 cm, ils sont terminés par des blocs en béton et ceinturés par un chaînage haut en béton armé.

Le calcaire de Noyant a été livré sur le chantier directement par la carrière. Le travertin provient d’un stock de l’entreprise SNBR. « Nous l’avons importé à une époque où cette pierre était particulièrement économique, indique Philippe Baubrit. Aujourd’hui, nous trouvons en France des approvisionnements très compétitifs. » La mise en œuvre des pierres massives a été assurée par une équipe de quatre personnes. Le montage des blocs béton a été sous-traité.

 

Blocs-baies et persiennes en bois

 

Le terme de bloc-baie désigne d’habitude un ensemble menuiserie et volet roulant en PVC ou aluminium. Sur ce chantier, il s’agit de blocs-baies réalisés en bois massif par l’entreprise Laurent Fenêtres. Les menuiseries intègrent des volets, en bois également, articulés en deux éléments et repliables en tableau. Les tapées verticales des fenêtres sont complétées par des traverses haute et basse élargies, ce qui forme un encadrement complet. Le bloc-baie ainsi constitué est fabriqué en pin des Vosges. Entièrement fini en atelier, il est livré sur chantier protégé par trois couches de lasure.

« Ces trois bâtiments neufs participent à une opération de renouvellement urbain et constituent une charnière avec un prochain îlot d’une quarantaine de maisons individuelles groupées à ossature bois  », souligne Sylvie Mermet-Grandfille, directrice de l’OPH de la Meuse. Dans un premier temps, pour des raisons d’habitude et d’économie, des menuiseries en PVC avec volets roulants avaient été prévues. « Finalement, nous sommes allés au bout de la démarche et avons opté pour le bois, matériau accompagnant traditionnellement les façades en pierre ».

 

Fiche technique

Opération : 12 logements dans 3 bâtiments R+1 / Lieu : rue Jean-Pâche, Verdun / Maître d’ouvrage : OPH de la Meuse / Architecte : Pascal Delrue / Bureau d’études : Setecba Ingénierie / Coût : 1,815 M€ TTC, VRD et honoraires compris

Entreprise gros oeuvre : Scop SNBR / Lieu : Sainte-Savine (10) / Statut : SCOP / Création : 1995 / Salariés : 50 / Gérant : Philippe Baubrit / Activité : restauration de bâtiments anciens, créations contemporaines en pierre

Entreprise menuiserie : Laurent Fenêtres / Lieu : Sorcy-Saint-Martin (55) / Statut : SARL / Création : 2006 / Salariés : 18 / Gérant : Patrice Laurent / Activité : menuiserie en bois

 

Ce chantier est présenté dans sa globalité (enveloppe, gros oeuvre, génie climatique, aménagement) dans le Moniteur Entrepreneurs et Installateurs de décembre 2014.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Façades isolées par l'intérieur

    Comme indiqué dans l’article complet, « les façades […] ont été isolées par l’intérieur […]. L’isolation est prolongée au niveau des sols, des plafonds et des murs mitoyens. Les bâtiments répondent aux exigences de la RT 2012. »
    Signaler un abus
  • - Le

    Des façades isolées par l'intérieur

    Comme indiqué dans l’article, « les façades […] ont été isolées par l’intérieur. L’isolation est prolongée au niveau des sols, des plafonds, et des murs mitoyens. Les bâtiments répondent aux exigences de la RT 2012. »
    Signaler un abus
  • - Le

    Pauvres locataires

    Bonjour, c’est bien joli des logements sociaux non isolés qui coûteront une fortune en chauffage aux occupants pendant l’hiver… Ou est la sobriété énergétique dans tout ça ???
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X