Innovation produits

Des bornes wi-fi comme support d’informations dans les villes

Mots clés : Mobilier urbain - Tourisme

Paris expérimente un nouveau dispositif depuis cet été. Situés dans des lieux stratégiques de la capitale, des totems de quatre mètres de haut émettent un signal wi-fi qui envoie des informations géolocalisées aux visiteurs à proximité.

« La plupart des applis destinées aux touristes et aux visiteurs étrangers dans une ville sont assez peu accessibles », estime Frédéric Bonin, gérant et fondateur d’Urbik, une nouvelle marque de l’entreprise Axone. Ce spécialiste du mobilier urbain et de la signalétique a donc lancé le totem connecté : une borne triangulaire de 4 m de haut lestée de 800 kg qui abrite un émetteur wi-fi et un petit serveur informatique. Autonome grâce à trois panneaux photovoltaïques, la borne ne requiert aucune alimentation électrique.

Plus besoin de télécharger une application sur son smartphone ou sa tablette, il suffit de s’approcher du totem pour capter le wi-fi et recevoir des informations géolocalisées via son navigateur web. « Aucun mot de passe ou identifiant n’est nécessaire », souligne le gérant de l’entreprise. Et les informations sont accessibles quel que soit le type de forfait, même sur un téléphone étranger.

 

Stations de métro ou événements à proximité

 

La ville de Paris a choisi de déployer ces bornes dans des lieux stratégiques (Opéra, Bastille, République, Madeleine,  Panthéon, Hotel-de-Ville, le long du canal Saint-Martin…) à l’occasion de l’Euro 2016. Et le dispositif vient d’être élargi avec quatre bornes supplémentaires installées début septembre.

Les informations disponibles sont d’abord liées aux déplacements : indication des stations de métro, des bornes Vélib ou des arrêts de bus à proximité. Le visiteur peut aussi prendre connaissance des monuments et des musées à visiter dans un rayon de quelques kilomètres autour du totem. « Mais les bornes sont aussi communicantes, puisqu’elles se connectent avec les données mises à disposition par les mairies d’arrondissement sur les événements en cours ou à venir », assure Frédéric Bonin. L’entreprise procède également à des mises à jour du système à distance.

 

40 000 connexions uniques

 

Lors des trois premiers mois de fonctionnement, les bornes ont enregistrés 40 000 connexions uniques. Et la ville de Paris a prolongé leur mise en place jusqu’à la fin du mois d’octobre. « Ce dispositif a vocation à être mobile avec des contenus adaptés en fonction des contextes », rappelle le dirigeant.

Il envisage déjà de s’en servir dans le cadre de grands travaux afin de mener une concertation publique auprès des riverains par exemple. Les totems pourraient aussi être déployés sur des événements spécifiques comme lors de la Nuit blanche ou pour les Journées européennes du patrimoine. Et des capteurs de la qualité de l’air pourraient y être installés. Il semble qu’en effet, le jeune système n’ait pas encore déployé tout son potentiel.  

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X