Performance énergétique

Des bâtiments performants mais aussi confortables

Mots clés :

Efficacité énergétique

-

Réglementation technique

Une étude du Costic menée à l’initiative de l’association Energies et Avenir pointe la mauvaise prise en compte du confort d’été dans le RT 2012 et suggère de nouveaux indicateurs pour la RT 2020.

Les bâtiments sont d’abord faits pour abriter leurs occupants et leur apporter le confort. Jusqu’où peut-on aller dans la réduction de leurs besoins énergétiques sans les rendre inconfortables ? C’est une question que devront se poser les législateurs au moment d’élaborer la prochaine réglementation thermique 2020.

L’association Energies et Avenir, qui regroupe les professionnels des systèmes à eau chaude pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire, se la pose aussi. Elle a confié une étude au Comité scientifique et technique des industriels climatiques (Costic) afin d’évaluer, dans des bâtiments résidentiels performants, l’impact de plusieurs paramètres sur le confort des occupants à l’aide de simulations thermiques dynamiques complétées par des retours de terrain. Au cours d’une présentation des résultats de cette étude le 3 mars, le porte-parole de  l’association, Mohamed Abdelmoumene, s’est montré plutôt rassurant : les logements à haute performance énergétique sont généralement jugés assez confortables même s’il est difficile d’évaluer cette notion complexe et subjective.

 

Confort d’été mal appréhendé par la RT 2012

 

Cependant, le confort thermique d’été est une préoccupation pour nombre de logements où l’on peut compter jusqu’à 1 000 heures d’inconfort par an, soit 2 mois pendant lesquels la température intérieure est excessive. Pourtant, ces bâtiments sont conformes à la RT 2012 si on considère la température intérieure conventionnelle Tic calculée. Seul indicateur de confort thermique d’été réglementaire, la Tic repose surtout sur les protections solaires des baies vitrées. Or, l’étude menée par le Costic révèle que l’atteinte de conditions de confort estivales acceptables passe par une bonne orientation du bâtiment (avec un optimum au sud et une orientation la plus défavorable à l’ouest), une bonne isolation thermique du bâti, le choix d’une inertie adaptée à la zone climatique (inertie lourde au sud, associée à une ventilation pour éviter de stocker la chaleur dans les  parois), une bonne gestion des apports solaires (protections fermées la journée) et des apports internes (limiter les usages d’énergie, hors des cinq réglementaires, dégageant de la chaleur) ainsi qu’une ventilation nocturne efficace. Conclusion : la réglementation actuelle ne prend pas en compte l’ensemble des critères de confort thermique.

 

De nouveaux critères de confort

 

Pour que le confort d’été devienne une réelle exigence de la future réglementation thermique, Energies et Avenir suggère d’adopter d’autres critères décrits dans la norme NF EN 15251 : critères d’ambiance intérieure pour la conception et évaluation de la performance énergétique des bâtiments. « Cette approche « adaptative » du confort thermique est basée sur l’hypothèse que l’être humain n’est pas un élément passif mais qu’il joue un rôle actif dans la création des  conditions de confort », résume Mohamed Abdelmoumene. Ainsi, l’occupant adaptant sa notion de confort aux conditions extérieures, la température maximale admissible ne sera pas fixée à 26 ou 28 °C comme dans la RT 2012, mais variable en fonction de la température extérieure.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Déjà commencé en 2011-2012

    Bonjour, Il me semble qu’en 2011 la DHUP avait déjà commencé à travailler sur un nouvel indicateur mixant l’EN 15251 (confort adaptatif : bâtiment non climatisé) et l’ISO 7730 (pour des bâtiments climatisés). Concernant l’indicateur mixte, si quelqu’un à des nouvelles, je suis preneur ! Cdlt. Julmo17
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X