Santé

Des abribus et des tours pour s’abriter du smog

Mots clés : Conception - Mobilier urbain

Le bureau d’études Arup teste des abribus qui protègent de la pollution. Un designer néerlandais souhaite, lui, capter le smog … et l’enfermer dans des bagues.

La conclusion d’une étude menée par le Berkeley Earth, organisme scientifique californien spécialisé dans les problématiques environnementales, est sans appel: dans le corridor allant de Shanghai à Pékin, la pollution atmosphérique est telle que respirer dans les rues des cités de l’Empire du milieu a le même impact sur la santé que fumer 1,5 cigarette toutes les heures…. Les particules présentes dans l’air seraient responsables, selon Berkeley Earth, de plus d’un million et demi de morts chaque année en Chine.  Cette pollution extrême de l’air extérieur se matérialise par la formation d’une brume grisâtre communément nommée smog – association des mots Smoke (fumée) et fog (brouillard).

 

Porter des « diamants de smog »

 

C’est cette soupe flottante de polluants qui a inspiré le designer néerlandais Dann Roosegaarde. A force de l’observer depuis son bureau de Shanghai, il se dit devenu être « obsédé » par ce...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X