Environnement

Déracine et des aires… d’autoroute

Les Autoroutes du sud de la France (ASF) ont abattu vendredi dernier un if de 400 ans en Dordogne pour construire l’autoroute A 89 qui doit relier Bordeaux à Clermont-Ferrand, a annoncé à l’AFP Jérôme Hutin, photographe spécialiste des arbres vénérables, qui a mené une longue campagne contre cet abattage.
Les ASF ont pris la décision d’abattre le vieil arbre après avoir consulté le jardin botanique de Bordeaux. « Le déplacement de l’arbre était une opération très coûteuse et au résultat incertain du fait du stress que cela représentait pour l’if », a expliqué à l’AFP Gilles Riondy, directeur d’opération des ASF à Périgueux.
Les ASF, qui avaient bouclé l’acquisition des terrains, avaient aussi décidé de ne pas modifier le tracé.
« Nous avons retenu l’idée du jardin botanique de Bordeaux de replanter des graines de l’arbre après la construction de l’autoroute, dans 3 ans, afin d’en préserver la lignée », a soutenu M. Riondy.
« Je n’aurais pas dû quitter mon arbre », s’est désolé M. Hutin en constatant que l’arbre avait été abattu pendant qu’il se trouvait à Paris. Par ses actions auprès des médias locaux et d’associations écologistes, M. Hutin avait réussi à préserver l’if pendant un ans et demi.
L’if dominait le parc de 2 hectares de Chantemerle, à la Bachellerie, en Dordogne. Les ASF avaient déjà rasé le reste du parc fin septembre.
Selon M. Hutin, des ifs de 1.500 ans existent en France alors que l’Ecosse et l’Irlande abritent des ifs de 3.000 ans.
M. Hutin milite pour un classement des arbres au patrimoine mondial des Nations Unies.

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X