Recherche & développement

Demain, les villes auront des oreilles

Mots clés :

Établissement recevant du public (ERP) ou assimilé

-

Sécurité publique

Une ambulance qui atteint un hôpital sans jamais avoir à freiner car tous les feux deviennent vert à son approche. Des policiers qui arrivent sur les lieux d’une fusillade en moins de cinq minutes. Vous n’êtes pas dans un film d’anticipation mais à Santander en Espagne.

A Santander, pas besoin d’arpenter les rues au volant de sa voiture en tournant la tête dans tous les sens pour traquer une place libre. Via une application dédiée, vous connaissez les places vacantes, identifiées grâce à des capteurs électromagnétiques. Dans cette cité portuaire du nord de l’Espagne, lors d’une promenade nocturne en bord de plage, vous pouvez aussi  constater que  l’éclairage public est piloté par des détecteurs de présence.

Lors de colloques  consacrés aux « Smartcities », la ville de Santander est ainsi souvent présentée comme le meilleur élève européen et dans les premières places du classement mondial des cités les plus intelligentes du monde.

 

Santander, la ville aux mille oreilles

 

Dans le cadre du programme de recherche européen Ear it, la ville a été mise sur écoute. Des centaines de micros et unités de traitement audio ont été installées aux quatre coins de la ville. Et, durant deux ans, la jeune entreprise chinoise Wuxi Smart Sensing Stars associée à plusieurs instituts universitaires, dont le prestigieux  établissement allemand Fraunhofer, ont recueilli les bruits de la ville et les ont disséqués de manière à en extraire le maximum d’informations et à les utiliser pour jouer sur la signalisation.

Close fin 2014, cette expérimentation grandeur nature a montré que l’utilisation du son pour réguler la circulation est « prometteuse » juge Philippe Cousin, qui a supervisé les travaux.

Des techniques avancées d’analyse du bruit émis par les véhicules ont permis d’évaluer le trafic en temps réel, d’identifier les embouteillages naissants, et ainsi de  jouer sur la signalisation afin de réguler la circulation avec une plus grande réactivité.

Ces dispositifs audios sont également capables d’associer des bruits à des événements. La détection du son caractéristique de la sirène des ambulances a permis de suivre en temps réel  leurs trajets et ainsi de leur ouvrir la route en jouant sur les feux de signalisation.  La captation du bruit émis par un coup de feu aurait averti la police instantanément.

En avril prochain, Philippe Cousin  soumettra à la Commission européenne un nouveau programme de recherche  visant à investiguer d’autres applications pour rendre la ville intelligente à travers l’analyse de ses bruits.

 

Demain, les lampadaires nous écouteront 

 

Avec un coût moins élevé que des détecteurs visuels ou électromagnétiques, ces microphones ont de grandes chances d’envahir nos rues, afin rendre nos villes un peu moins bêtes.

Et l’implantation de ces milliers d’oreilles pourrait se faire dans les lampadaires.  Aux Etats-Unis. General Electric projette de remplacer les lampes existantes par des systèmes à LED dotés de capteurs sensoriels qui permettront la collecte des informations en temps réel.

A l’heure où les grandes métropoles se concurrencent toutes en termes d’attractivité, elles pourraient demain le faire, en comparant leur QI.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X