Performance énergétique

Demain, le chauffage disparaîtra-t-il de nos logements ?

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Chauffage - froid - Radiateur

Les immeubles de logement passif, sans radiateurs, se multiplient. Ces bâtiments triplement vitrés, surisolés et intelligemment orientés sont la promesse d’une vie sans chauffage. Demain, s’imposeront-ils partout ?

Comme souvent en France, c’est l’habitat social qui a ouvert la voie. Il y a cinq ans, le Foyer Rémois livrait à Bétheny un immeuble de logements sociaux respectant les critères établis, Outre-Rhin, par le Passsivhaus Institut et notamment l’exigence d’un besoin en chauffage inférieur à 15 kWh/m2/an. 

Ce seuil a conduit à concevoir un bâtiment isolé à l’extérieur avec 30 centimètres de polystyrène graphité, largement ouvert au sud et entièrement équipé de triple vitrage. Autrement dit un immeuble capable de se passer de système de chauffage. Les rayonnements solaires, les habitants et les équipements apportant les calories nécessaires. La ventilation double flux équipée d’un récupérateur  de chaleur, permet de conserver ces calories à l’intérieur des logements. Et, durant les jours les plus froids, une batterie chaude branchée sur le système de ventilation apporte les calories supplémentaires nécessaires.

Prudent, le Foyer Rémois avait tout de même fait installer deux radiateurs électriques d’appoint: un chauffe-serviettes dans la salle de bains et un radiateur dans le séjour.  « Globalement, 10 locataires sur 13 disent ne jamais s’être servis de celui du séjour », explique, au Moniteur.fr, Jean-Denis Mege, Directeur du développement du Foyer Rémois.  « Nous n’avons pas eu de remarques au sujet de l’absence de radiateurs dans les pièces. Il faut dire...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X