Aménagement

Début des travaux de la liaison ferroviaire Suisse-Haute-Savoie

La construction de la ligne ferroviaire reliant Annemasse (France) à la gare centrale de Genève, distantes de seulement quelques kilomètres, a commencé mardi, avec pour objectif le raccordement très attendu du réseau suisse à celui du département de la Haute-Savoie.

La ville d’Annemasse, devenue une véritable banlieue de Genève, n’est actuellement reliée à la cité de Calvin que par une petite ligne ferroviaire qui aboutit à la gare excentrée des Eaux-Vives, véritable cul-de-sac.

La liaison de 16 km dont les travaux ont commencé mardi doit permettre de relier cette gare à la grande gare centrale de Genève-Cornavin et par conséquent à l’ensemble du réseau helvétique.
« Il est incroyable qu’aujourd’hui encore le réseau ferroviaire de la Haute-Savoie ne soit pas relié au réseau ferroviaire suisse », a déploré le patron des chemins de fer suisses (CFF), Benedikt Weibel, en donnant les premiers coups de pioche.

La région Rhône-Alpes soutient le projet, qui dépend toutefois d’une participation de Paris. « Nous sommes en discussion financière avec l’Etat et les choses avancent », a déclaré le président de la région, Jean-Jack Queyranne, soulignant l’importance du projet pour une agglomération transfrontalière de 700.000 habitants, en plein « processus de métropolisation ».
Côté suisse, le financement du projet évalué à 900 millions de FS (600 M EUR) n’est pas non plus bouclé, les députés devant encore approuver une participation de 500 M FS.

L’aménagement des cinq gares a été confié fin 2004 au groupement formé par l’architecte français Jean Nouvel afin de doter les nouveaux équipements d’une identité forte : « Le Ceva est un fil rouge qui traverse plusieurs quartiers de l’agglomération. Il doit être lisible en tant que tel. Les gares de Cornavin et Annemasse, aux deux extrémités, conserveront une identité spécifique, explique Eric Maria, architecte associé à Jean Nouvel sur le projet. Les briques de verre, utilisées comme élément unique pour les planchers, plafonds, murs…, scelleront la personnalité des cinq gares. » Entièrement conçues à partir d’un module de base de 2,7 mètres sur 5,4, les gares enterrées ou semi-enterrées sont structurées pour accueillir la lumière, même à 25 mètres sous le niveau du sol… Leur insertion urbaine sera notamment assurée par le travail du paysagiste Michel Desvigne.

Focus

Repères


Maîtrise d’ouvrage de la phase d’études : Canton de Genève et les Chemins de fer fédéraux (CFF)
Maîtrise d’ouvrage des travaux : CFF
Maîtrise d’œuvre des cinq gares : Agence Jean Nouvel, architecte mandataire et Agence Eric Maria, architectes associés ; Michel Desvigne, paysagiste ; Avel acoustique, acousticiens (Lausanne) ; Ingéphi, ingénieurs structure (Lausanne) ; Scherler, techniciens lumière (Genève) ; BCS, BET façades.
Coût du projet : près d’un milliard de francs suisses dont 120 millions pour les cinq gares Livraison : 2010-2012.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X