Energie

De nouvelles pistes pour massifier la rénovation énergétique des logements

Mots clés : Architecte - Bâtiment d’habitation individuel - Démarche environnementale - Efficacité énergétique

Jean-Pascal Chirat, délégué général du Club de l’Amélioration de l’Habitat, et Frédéric Denisart, architecte, élu au Conseil National de l’Ordre des Architectes, co-pilotes du groupe de travail « Nouvelles dynamiques de rénovation des logements » ont remis leurs conclusions à Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable. Ce rapport, issu d’une large concertation, présente des pistes d’actions pour engager la massification de la rénovation énergétique des logements.

Pour atteindre l’ambitieux objectif de 500.000 logements rénovés énergétiquement chaque année à partir de 2017, objectif réaffirmé par la ministre du Logement Emmanuelle Cosse, il faut MA-SSI-FIER. Plus facile à dire qu’à faire.

En effet, aujourd’hui l’argumentaire est « limité à la seule économie de charges, une communication éparse, des interlocuteurs multiples et une diversité de ménages et de situations », déplore le Plan Bâtiment Durable.

C’est pourquoi, en mars dernier, le président du « Plan Bât », Philippe Pelletier, a confié à Jean-Pascal Chirat (délégué général du Club de l’Amélioration de l’Habitat) et Fréderic Denisart (architecte, élu au Conseil National de l’Ordre des Architectes), la mission de copiloter un groupe de travail avec pour objectif de proposer de nouveaux leviers pour entraîner les ménages et la filière dans cette dynamique de massification.

Après une large concertation, plus de 80 contributions écrites et près de 200 personnes impliquées, le rapport a été remis à Philippe Pelletier le 16 décembre. Le groupe de travail a identifié de nouveaux arguments susceptibles d’emporter la décision de travaux, mais également, des moments clés à saisir afin d’amplifier le nombre de rénovations énergétiques des logements. De plus, une adaptation de l’écosystème de la rénovation et le déploiement d’un réel marketing de l’offre apparaissent comme des pistes concrètes pour restaurer la confiance et accompagner ce mouvement.

 

Nouveaux arguments

 

Fini l’argument financier centré sur les économies de charges qui, bien que pertinent dans le cadre de la lutte contre la précarité énergétique, ne suffit pas à convaincre la totalité des ménages à faire des travaux. Le groupe de travail propose de faire place aux enjeux de confort, de santé, de bien-être mais également de la valeur verte du bien. « Ces leviers pourraient être exploités par les campagnes de communication des pouvoirs publics et au sein de l’argumentaire développé par la profession pour susciter l’envie de rénover énergétiquement chez les particuliers », estime le Plan Bâtiment Durable.

 

Au bon endroit au bon moment

 

Il ne suffit pas d’avoir les bons arguments, il faut aussi savoir les utiliser à bon escient, au bon endroit et au bon moment. Le groupe de travail a ainsi relevé des moments clés dans la vie des ménages, comme dans celle du logement, des moments opportuns pour engager une rénovation : au même titre que l’embarquement de la performance énergétique lors des grands travaux de la vie de l’immeuble, les travaux d’amélioration énergétique peuvent être embarqués lors des travaux liés à l’évolution des modes de vie et de l’habitat : évolution de la vie familiale (arrivée ou départ d’un enfant), adaptation du logement lors du vieillissement ou de situation de handicap, travail à domicile, etc.

De plus, les transitions immobilières apparaissent comme le moment essentiel à saisir pour la rénovation énergétique du logement. En effet, à ce moment le bien est généralement non-occupé, la mobilisation d’un financement sur le long terme est plus aisée et le particulier est entouré par des professionnels pouvant le conseiller et l’orienter (agent immobilier et notaire). L’ensemble de ces éléments font de la mutation du bien une réelle opportunité de massification de la rénovation énergétique des logements, en particulier au regard des centaines de milliers de transactions effectuées chaque année.

 

Un écosystème de la rénovation à mobiliser

 

Encore faut-il que pour que cette massification ait une chance d’aboutir, le marché rencontre les entreprises et les entreprises des procédés industriels innovants. Bref que l’ensemble de l’écosystème trouve une nouvelle dynamique. Qu’il soit mobilisé et que ses pratiques évoluent.

Pour cela, le groupe de travail insiste pour que la communication publique, au plan national comme local, évolue à son tour afin d’intégrer dans ses messages les notions de confort, bien-être, valeur patrimoniale, etc.

Plus largement, et en plus de leur rôle d’incitation, les collectivités territoriales, et tout particulièrement les régions dont le rôle central a été inscrit dans la loi de Transition énergétique, ont un rôle clé à jouer en tant que tiers de confiance. C’est également l’ensemble de la filière professionnelle qui par son implication et la structuration d’un véritable marketing de l’offre parviendra à lancer une dynamique. « Cette offre devra être adaptée et lisible, pouvant aller de l’intervention simple et moins contraignante pour les occupants (coûts, délais, etc.), réalisée par une seule entreprise ou un artisan, à l’intervention globale portant sur plusieurs postes de travaux, conduite par un ou plusieurs professionnels coordonnés par un maître d’œuvre apportant la garantie de la bonne réalisation des travaux », expliquent les auteurs du rapport.

Pour le groupe de travail, c’est donc la rencontre d’une offre structurée avec une demande soutenue, et l’accompagnement par les collectivités territoriales qui permettra d’atteindre la massification de la rénovation énergétique.

L’ensemble des propositions du groupe de travail « Nouvelles dynamiques de rénovation des logements » va maintenant être porté auprès des acteurs et instances de décisions. Plusieurs agences ont déjà fait part de leur vif intérêt pour ces travaux et de l’opportunité qu’ils représentent pour faire évoluer le discours de la rénovation énergétique.

 

Le rapport complet à télécharger

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X