Profession

Dans ses vœux pour 2017, l’Ordre des architectes célèbre la culture

Mots clés : Architecture - Elections - Manifestations culturelles

Sous les auspices du 40e anniversaire de la loi de 1977 sur l’architecture, sur fond d’élection présidentielle, Catherine Jacquot, présidente de l’Ordre des architectes, présentait ses vœux pour 2017, avec pour leitmotiv la culture dont l’architecture est «une expression»

La loi de 1977 sur l’architecture célèbre cette année ses quarante ans… Belle occasion, pour la présidente du Conseil national de l’Ordre des architectes (Cnoa) qui présentait ses vœux le 18 janvier, d’en dresser un bilan et de tracer une feuille de route pour l’avenir. Si cette loi «a permis que l’excellence ne soit plus l’exception» en déclarant la discipline «d’intérêt public», elle a cependant laissé de nombreux territoires «orphelins d’architecture», victimes «d’un habitat sans qualités, en périphérie des villes et des bourgs». Un constat forrmulé dans le rapport de Patrick Bloche, véritable «plaidoyer pour l’architecture du quotidien».

 

Le logement social, une priorité politique

 

Quarante ans après donc, la loi relative à la Liberté de la Création, à l’Architecture et au Patrimoine (LCAP) du 7 juillet 2016, a poursuivi l’entreprise «d’infusion de l’architecture dans les territoires qui n’y ont pas accès». Une véritable «source d’espoir» pour Catherine Jacquot, pour qui «l’esprit du temps ne va pas vers une réglementation accrue en faveur de la culture» et qui appelle de ses vœux le droit au logement pour tous, l’égalité des territoires et les conditions de production de la ville ; de même que des conditions d’exercice dignes pour les architectes et la maîtrise d’œuvre dans son ensemble. «Car des murs s’érigent à l’intérieur de notre pays, signes d’exclusion et de discrimination». A ce titre, le logement social doit devenir «une priorité politique pour 2017». La loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) en 2000, et la loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové (Alur) en 2014, ont constitué un réel progrès. Mais la vigilance s’impose pour qu’elles ne soient pas vidées de leur substance. «Des projets en ce sens, sont déjà proposés au Sénat, accentuant encore les écarts sociaux et territoriaux» déplore Catherine Jacquot qui plaide également pour «desserrer l’étau des normes et repenser les règles». En la matière, le «permis de faire» institué par la loi LCAP, qui «ouvre l’architecture et l’urbanisme à l’innovation et à la recherche appliquée» attend le décret le concernant. De même qu’à l’échelle du territoire, le «permis d’aménager» les lotissements attend le sien, qui devrait fixer à 2500 m² le seuil de recours obligatoire à l’architecte. 

 

Respect et confiance

 

«Alors que des investissements colossaux – souvent privés – sont réalisés pour la construction de centre de loisirs, de commerces, comme Europacity, ou de nouveaux quartiers dans les grandes villes, on peine à réhabiliter le bourg d’un village» souligne encore Catherine Jacquot. Argent privé en abondance vs. raréfaction des fonds publics : la commande des architectes se transforme. Le privé représenterait au moins 75% de la commande des architectes. Une tendance mondiale lourde, appelée sans doute à se renforcer. Mais en pareil cas de figure, «qui porte l’intérêt public du cadre de vie?» interroge la présidente du Cnoa. D’où un nécessaire dialogue à affermir avec les aménageurs, les élus, les maîtres d’ouvrage privés, afin que «l’excellence de l’architecture» étende ses ramifications et ne se réduise pas «au design de l’enveloppe des bâtiments». Pour cela, le travail de l’architecte doit naturellement être rémunéré à sa juste valeur. «Dès la moindre esquisse, le travail d’un architecte a une valeur culturelle bien sûr mais aussi économique, nous devons nous en persuader et en persuader tous ceux, élus, maîtres d’ouvrage qui pensent que notre passion nous donne les moyens de la gratuité de nos prestations»… D’où «le respect et la confiance qui doivent régner entre élus, maîtres d’ouvrage privés et architectes, pour une équitable appréciation des missions de chacun».

 

17 Croa au lieu de 26

 

Au nombre des annonces faites par Catherine Jacquot, on retiendra l’évolution annoncée, à la faveur de la réforme territoriale, du nombre des Conseils régionaux (Croa) qui passera, après les élections ordinales du deuxième semestre 2017, de 26 à 17. Autre décret attendu, celui qui donnera les moyens à l’Ordre de combattre les signatures illicites et/ou de complaisance, par la déclaration du dépôt d’un permis de construire auprès des Croa. Enfin, elle a annoncé la tenue à Paris, le 7 juillet prochain, au théâtre Sylvia-Montfort, des prochaines Universités d’été d’architecture ; ainsi que la présence du Cnoa au prochain Mipim de Cannes en mars et au congrès de l’Union internationale des architectes (UIA) à Séoul (Corée) en septembre.

 

Liberté

 

«L’architecture est une expression de la culture» proclamait fièrement, dans son préambule, la loi de 1977. Catherine Jacquot l’a rappelé pour conclure son discours de vœux en appelant à la vigilance comme à la persévérance. «[…] Nous devons être exemplaires et vigilants et ne pas laisser s’affaiblir ce qui est le seul rempart contre les murs de la barbarie : la culture. […] Face à la crise climatique, dans une économie et une information mondialisée, seule la culture peut être source d’identité. Elle est universelle et individuelle. Elle ne détruit pas, crée sans cesse un regard nouveau. Elle est la curiosité, l’envie de connaître l’autre. Elle n’a besoin que d’une chose : la liberté.»


Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X