Industrie/Négoce

Dans les pays émergents, LafargeHolcim veut assurer sa propre distribution

Mots clés : Produits et matériaux

Vendre en direct pour restaurer les marges : telle est la stratégie de distribution que le géant du ciment va accentuer dans les pays émergents d’Amérique du Sud ou d’Afrique.

LafargeHolcim veut améliorer sa rentabilité, notamment dans les pays émergents, où il réalise une grosse partie de ses profits. Et pour cela, le numéro un mondial du ciment explore plusieurs pistes, dont l’une consiste à développer ses propres canaux de distribution, quitte à se passer des grossistes, afin de récupérer de la valeur. « Je présenterai, lors de la journée « investisseurs » du 18 novembre, le nombre de pays où nous mettrons en place une commercialisation au détail », a annoncé mi-octobre au journal Les Echos Éric Olsen, directeur général du géant du ciment, lors d’un récent déplacement au Mexique.

 

« Micro dépôts de proximité »

 

Surprise ? Pas vraiment : un virage vers le commerce détail en fait amorcé depuis déjà plusieurs années, comme le relate Les Echos.  En Equateur par exemple, LafargeHolcim pratique le commerce de détail depuis les années 90. Au Mexique, les produits du Groupe sont présents depuis 2015 dans des « micro dépôts de proximité » destinées aux professionnels et aux particuliers.

« Un canal qui représente aujourd’hui une implantation dans 550 points de ventes pour 5% de nos ventes dans le pays » précise encore  le directeur général dans les colonnes du quotidien économique. Canal qui devrait être complété par la prochaine implantation au Mexique de Disensa, l’enseigne de franchisés du Groupe. Plus près de nous, en Algérie, LafargeHolcim s’appuie sur la franchise Batistore ou encore Mawadis ou Batipro, au Maroc.

 

Plateforme B2C

 

Autre initiative, le lancement, en Equateur cette fois, d’une plateforme B to C de vente au client final. Elle devrait proposer 6000 références  dont certaines étrangères au Groupe, annonce Les Echos.

Une initiative qui correspond à un premier pas puisque le déploiement dans une dizaine d’autres  pays  (Afrique du Sud, Maroc, Argentine…) est d’ores et déjà annoncé.  Calendrier de réduction des coûts, réflexion sur le nom et la ou les marques, précisions sur cette nouvelle orientation stratégique vers le commerce de détail…

L’ordre du jour de la prochaine réunion  « investisseurs » du 18 novembre prochain à Londres promet d’être riche.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X