Collectivités territoriales

Dans le Pays d’Aix, les piscines drainent de lourds investissements

Mots clés : Établissements sportifs couverts - Etat et collectivités locales - Réglementation - Rénovation d'ouvrage

L’agglomération met en œuvre des marchés en REM (réalisation, exploitation, maintenance), par exemple pour le nouveau complexe aquatique de Venelles ou en Crem (conception, réalisation, exploitation, maintenance) pour le futur projet de réhabilitation de la piscine Yves- Blanc à Aix-en-Provence.

Près de 65 millions d’euros : c’est le budget d’investissements que la communauté du Pays d’Aix (CPA) prévoit de consacrer d’ici à 2019 à son «plan piscines». Un budget qui va notamment permettre de construire un nouveau centre aquatique à Venelles (le chantier est en cours et l’équipement sera livré en mai 2016 pour 21 millions d’euros HT), rénover la piscine Yves-Blanc à Aix-en-Provence (également 21 millions d’euros d’investissements prévus), reconstruire la piscine René-Guibert à Pertuis (12,5 millions d’euros) et la piscine Tournesol de Lambesc (12 millions d’euros) mais aussi engager toute une série de chantiers de rénovation des équipements, de mise aux normes d’accessibilité des  personnes à mobilité réduite (PMR), etc. Un effort conséquent engagé depuis 2004 et le transfert progressif des piscines des communes vers la CPA et qui fait que l’agglomération gère aujourd’hui 17 équipements.

Grâce à ce plan de modernisation, qui a déjà permis de remettre à neuf la piscine d’été Alex-Jany à Vitrolles, la piscine Jean-Pierre-Moré au Puy-Sainte-Réparade, de construire le complexe Virginie-Dedieu à Fuveau (11,5 millions et 15 millions au global investis depuis 2004), la fréquentation est passée à près d’un million d’entrées par an et devrait atteindre 1,2 million de personnes avec l’ouverture du complexe de Venelles.

 

Obligation de performances et de résultats

 

Pour optimiser la gestion de ce parc qui représente un budget de fonctionnement de 11 millions d’euros par an (avec des recettes de fonctionnement qui, elles, ne dépassent pas 1,7 million d’euros), la CPA n’hésite pas à utiliser les nouveaux outils de la commande publique pour construire ou rénover dans les meilleures conditions.

A Venelles, le futur complexe aquatique confié à Spie Batignolles Sud-Est (mandataire), Cofely Axima et Cofely Ineo, en cours de chantier, est le premier réalisé en France en REM (réalisation, exploitation, maintenance). Sur la base d’un projet architectural dessiné par l’agence Chabanne et Partenaires avec Kéo ingénierie et INE environnement, maître d’œuvre, constructeur et entreprise de génie climatique s’engagent sur les performances, les coûts d’exploitation et de maintenance du futur équipement. «Avec 1,3 à 1,6 million d’euros de charges de fonctionnement par an pour ce complexe, l’enjeu est loin d’être négligeable pour la collectivité. Ce marché nous donne aussi l’assurance que nous aurons un équipement conforme au projet initial dont nous avons défini le cahier des charges» expliquent les responsables de la maîtrise d’ouvrage à la CPA d’Aix.

 

Cinq équipes en lice pour Yves-Blanc à Aix

 

Avec un dialogue renforcé entre les acteurs du projet, des objectifs environnementaux et d’économie d’énergie définis très tôt, un chantier en entreprise générale mené avec rigueur, les partenaires de l’opération mettent en avant l’efficacité du dispositif pour atteindre les objectifs fixés. Le complexe de Venelles sera en tout cas une référence en matière de consommation énergétique (chaufferie bois couvrant 80% des besoins), de qualité de l’air (traitement double flux thermodynamique) et de l’eau (panneaux inox pour les bassins), de qualité d’isolation du bâtiment (isolation par l’extérieur en laine de roche couplée à une couverture étanchée avec isolation en verre cellulaire), etc.

Pour Aix-en-Provence et la piscine Yves-Blanc, dont le chantier sera lancé une fois Venelles en fonctionnement, la CPA a lancé un marché en Crem (conception, réalisation, exploitation/maintenance). Cette réhabilitation lourde va nécessiter deux ans de travaux et coûtera aussi cher (21 millions d’euros) que le projet neuf de Venelles. La consultation a permis de retenir cinq groupements: Spie Batignolles et Coste Architecte, Eiffage Construction et Atlas Architectes, GFC et TNA Architectes, GCC, Octant Architecture et Cofely, Baudin Châteauneuf, Arcos Architecture et Hervé Thermique. L’attribution du marché est prévue avant la fin de l’année.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X