Aménagement

Dans le Pas-de-Calais, François Hollande donne un nouveau cap à la politique de la ville

Mots clés : Gouvernement - Monde du Travail - Politique de la ville - Travaux publics

Le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU), lancé le 16 décembre par le Président de la République, devrait générer 20 milliards d’euros de travaux et près de 240 000 emplois dans la filière du bâtiment et des travaux publics.

François Hollande aime le Nord-Pas-de-Calais et celui-ci le lui rend bien. Un mois après avoir inauguré l’Anneau de la mémoire de Notre-Dame-de-Lorette, le Président de la République a reçu un accueil reconnaissant et ensoleillé à Boulogne-sur-Mer et Lens, où il avait choisi de présenter le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) 2014-2024. Il faut dire que le chef de l’Etat est arrivé avec un beau cadeau de Noël. Sur les 200 quartiers d’intérêt national qui ont été reconnus prioritaires et qui se partageront un peu plus de 4 milliards d’euros, 17 figurent en Nord-Pas-de-Calais, soit le plus gros contingent après l’Ile-de-France. A cela, il faut ajouter 8 quartiers d’intérêt régional préfléchés (sur un total de 55) qui bénéficieront d’une enveloppe de 89 millions d’euros.

Surtout, c’est la première fois dans l’histoire de la politique de la ville qu’est pris en compte l’habitat social horizontal, à savoir les cités minières (six identifiées). Jusqu’à présent, seuls les critères relatifs aux dysfonctionnements de l’habitat collectif vertical avaient été retenus. «Le Bassin Minier est un territoire qui souffre et qui va se voir enfin reconnaître après des années d’abandon, se réjouit le ministre de la Ville Patrick Kanner, qui fut auparavant le président du conseil général du Nord. Car nous avons reçu l’assurance que pour trois euros investis par l’Anru, la région Nord-Pas-de-Calais investirait un euro.». Le local de cette étape présidentielle ne serait d’ailleurs pas étranger à ce coup de pouce inattendu, du moins par son ampleur. C’est en tout cas la version de Daniel Percheron, le président du conseil régional Nord-Pas-de-Calais: «Dès sa nomination au Gouvernement, plusieurs élus régionaux que nous sommes lui avons expliqué les nouveaux contextes et il a été sensibilisé.» A tel point que Daniel Percheron estime ce rendez-vous historique: «Encore plus important que la visite de François Mitterrand en 1983 à Liévin ! Mitterrand était venu sauver le Bassin Minier de la destruction, François Hollande va permettre de valoriser trente ans d’efforts sur le terrain.»

 

Nos quartiers ont du talent

 

Les cités minières ont, en effet, largement œuvré à leur sauvegarde mais leur renouvellement restait à réaliser alors que plusieurs d’entre elles sont désormais inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco, à l’instar de la Cité du 12/14 à Lens. Celle-ci se retrouve du même coup au cœur d’un projet urbain qui peut faire d’elle, demain, un quartier stratégique, entre centre-ville et futur hôpital, avec en prime un avenir touristique.

Mais si François Hollande avait souhaité le Pas-de-Calais comme décor pour la présentation du programme Anru 2 c’est aussi pour marquer le cap nouveau donné par ce Gouvernement à la politique de la ville et indiquer le chemin à suivre. Avant de se rendre à Lens pour inaugurer un centre socioculturel dans la Cité de la Fosse n°4, le Président a ainsi passé une grande partie de sa journée à Boulogne-sur-Mer, dans le quartier Transition, lequel a fait l’objet d’une transformation spectaculaire dans le cadre de la première campagne de rénovation urbaine, tant en termes de bâti que de couture avec la ville dans sa globalité. Le matin, il a participé à une table ronde avec des acteurs du renouvellement urbain, médiateurs sociaux mais également habitants, tous metteurs en scène du changement de leur cadre de vie, prouvant que nos quartiers ont du talent. Ce moment d’échange très humain a eu lieu au Carré Sam, un équipement culturel né renouvellement urbain. «Ce qui a été fait à Boulogne-sur-Mer c’est ce que nous voulons réaliser dans la France tout entière», a déclaré le chef de l’Etat.

«La nouvelle politique de la ville se veut plus sélective mais pour être plus efficace et plus solidaire, a-t-il ajouté. Et c’est à partir des habitants que nous devons la concevoir», faisant ici référence aux conseils citoyens qui seront mis en place. Le chef de l’Etat fait également le vœu de l’«excellence» et du «beau». Et François Hollande de citer François Mitterrand il y a un peu plus de trente ans en ce même lieu: «Quoi de plus désirable pour un élu du peuple que de faire que l’on vive mieux dans un endroit plus beau ?». «C’est ce que nous avons encore à faire», a conclu le Président de la République, sous les yeux de Jean-Louis Borloo, le père de la politique de la ville.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X