Immobilier

Dans l’immobilier, à chacun son Airbnb

Mots clés : Gestion et opérations immobilières - Innovations

Airbnb, Amazon, Wework… le secteur de l’immobilier n’est pas à l’abri de la disruption. Réunis à Paris pour le Simi, le salon de l’immobilier d’entreprise, certains acteurs parient sur l’innovation.

570 milliards d’euros, c’est le montant total des transactions que devrait générer l’économie collaborative d’ici 10 ans, uniquement sur le continent européen, selon une étude du cabinet de conseil PwC. Les acteurs de l’immobilier ne sont pas à l’abri de la disruption. Réunies à Paris du 30 novembre au 2 décembre, dans le cadre du Simi, le salon de l’immobilier d’entreprise, plusieurs structures ont déjà pris la mesure du problème, bien décidées à ne pas se laisser totalement cannibaliser.

 

« Notre cible aujourd’hui, c’est tout le monde »

 

Dans l’hôtellerie, l’arrivée d’un acteur comme Airbnb – qui ne possède aucun des mètres carrés qu’il loue – oblige les propriétaires d’hôtels à repenser leur offre. Pour Sébastien Bazin, P-DG d’AccorHotels, la solution est toute trouvée. « Pendant 50 ans, notre groupe n’a pas considéré les gens qui ne voyagent pas comme de potentiels clients», explique-t-il, lors d’une conférence organisée par la Fondation Palladio. Le groupe hôtelier s’est en effet concentré sur les 1,435 milliard de personnes qui voyagent. «Notre cible, aujourd’hui, c’est tout le monde ».

Sachant que la plupart des 4 100 hôtels du groupe sont ouverts 24 heures sur 24, avec un personnel dédié, «ceux-ci pourraient proposer de nouveaux services aux habitants des villes où sont implantés les hôtels, pour améliorer leurs conditions de vie ». Si Sébastien Bazin n’entre pas dans le détail des nouveaux services que son groupe pourrait proposer, le rachat de John Paul, leader mondial des services de conciergerie, par AccorHotels le 16 novembre dernier, constitue peut-être une première piste.

Et l’innovation ne s’arrête pas là : AccorHotels compte bien contrer Airbnb sur ses terres. Début avril, le groupe hôtelier a racheté Onefinestay, le « Airbnb du luxe » qui propose des appartements de particuliers haut de gamme à la location de courte durée. Pour faire la différence avec Airbnb, Sébastien Bazin parie sur le personnel de ses hôtels, qui pourra être mis au service des clients de la plateforme Onefinestay. « Quand vous entrez dans un logement haut de gamme, vous attendez une offre de services dédiés, comme l’accès à un spa, la mise à disposition du linge de maison, etc. », détaille le P-DG.

 

«Notre obsession, c’est le travail d’interaction avec le client »

 

Une logique comparable est à l’œuvre dans le secteur des centres commerciaux. Pendant qu’AccorHotels doit faire face à la concurrence d’Airbnb, c’est Amazon, leader de la vente en ligne, qui préoccupe Unibail-Rodamco. Le géant de centres commerciaux investira 8 milliards d’euros d’ici 5 à 7 ans en Europe pour développer son patrimoine. « Nous voulons nous concentrer sur un produit : les grands centres commerciaux, qui permettent d’offrir une expérience client de qualité et un écrin pour les marques », indique Christophe Cuvillier, P-DG de la société du CAC 40. Selon le professionnel de l’immobilier, les données permettent « d’augmenter les « touch point » (point d’entrée, ndlr) avec le client ». « C’est la première fois que le numérique permet de parler au client final ». Et cela tombe bien puisqu’Unibail-Rodamco « essaie de devenir le champion de la relation-client ».

L’accent est aussi mis sur l’expérience-client. Ouvert en 2012, le centre commercial So Ouest de Levallois-Perret mise, sur une surface de 50 000 m2, sur une décoration d’ « appartement parisien» pour se différencier. Dans la plupart de ses centres, Unibail-Rodmaco propose des écrans tactiles pour visualiser le plan du lieu et la localisation des enseignes. L’expérience-client va même jusque dans les toilettes. « Il est prouvé que des sanitaires mal entretenus ont un impact négatif sur les ventes», s’amuse Christophe Cuvillier. Gage de sérieux, Unibail-Rodamco s’est associé à l’organisme SGS pour donner un label « 4 étoiles », pour certifier du haut de gamme de ses centres, après un audit de 571 points de contrôle (vestiaires, Wifi gratuit, parking, …) dans chacun d’eux.

Airbnb pour l’hôtellerie, Amazon pour les centres commerciaux…et Wework pour l’immobilier de bureaux. A l’été 2017, la start-up américaine , valorisée à 16 milliards de dollars, devrait faire son arrivée à Paris. Son cœur de métier ? D’immenses espaces de coworking, dont Wework n’est que locataire, où des bureaux sont louables à partir de 350 euros. Un immeuble a d’ores et déjà été acheté dans la capitale, rue Lafayette, et son ouverture est prévue en juin prochain. Si de nouveaux acteurs comme Nextdoor, filiale de Bouygues Immobilier, se sont déjà positionnés sur le créneau du coworking, Wework a des raisons d’inquiéter : sa valorisation flirte avec celle d’un Spotify, d’un Dropbox, et s’approche d’un Airbnb, valorisé à 30 milliards de dollars.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Innover ou déposer

    Les grands groupes ont tout intérêt à innover pour être compétitif face aux startups qui digitalisent le marché de l’immobilier. Dans le cas de Airbnb, sa valorisation est supérieure à celle du groupe Hilton sans avoir de biens immobiliers et les charges qui vont avec. Si des groupes comme Accord n’arrivent pas à innover, ils sont voués à perdre de manière continue des parts de marché. Autre sujet à ne pas négliger, le financement des actifs immobiliers. Le crowdfunding prouve depuis des années qu’une révolution est en marche : https://blog.beeinvested.ch/le-crowdfunding-change-linvestissement-immobilier/
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X